Des milliers d’Israéliens se rassemblent contre le gouvernement Netanyahou

TEL-AVIV, Israël — Des dizaines de milliers d’Israéliens se sont rassemblés samedi soir dans le centre de la ville de Tel-Aviv pour protester contre les plans du nouveau gouvernement du premier ministre Benjamin Netanyahou de remanier le système judiciaire et d’affaiblir la Cour suprême – une mesure qui, selon les critiques, détruira le système démocratique de contrôle et d’équilibre du pays.

La manifestation a constitué un premier défi pour M. Netanyahou et son ministre ultranationaliste de la sécurité nationale, Itamar Ben-Gvir, qui a ordonné à la police de prendre des mesures sévères si les manifestants bloquent les routes ou arborent des drapeaux palestiniens.

Les médias israéliens, citant la police, ont déclaré que la foule sur la place Habima de Tel-Aviv était passée à au moins 80 000 personnes, malgré un temps frais et pluvieux. Les manifestants, dont beaucoup avaient des parapluies, tenaient des drapeaux israéliens et des pancartes disant «gouvernement criminel» et «la fin de la démocratie» en plus d’autres slogans.

«Ils essaient de détruire le contrôle et le contrepoids de la démocratie israélienne. Cela ne fonctionnera pas, a soutenu Asaf Steinberg, un manifestant de la banlieue de Tel-Aviv à Herzliya. Et nous nous battrons jusqu’à la toute dernière minute pour sauver la démocratie israélienne.»

Aucun trouble majeur n’a été signalé, bien que les médias israéliens aient déclaré que de petites foules se sont heurtées à la police alors qu’ils tentaient de bloquer une autoroute de Tel-Aviv.

M. Netanyahou, qui est jugé pour corruption, a fait de la refonte du système judiciaire du pays une pièce maîtresse de son programme.

Au pouvoir depuis un peu plus de deux semaines, son gouvernement, composé de partis nationalistes ultra-orthodoxes et d’extrême droite, a lancé des propositions visant à affaiblir la Cour suprême en donnant au Parlement le pouvoir d’annuler les décisions de justice à la majorité simple. Il veut également donner au Parlement le contrôle sur la nomination des juges et réduire l’indépendance des conseillers juridiques.

Le ministre de la Justice de M. Netanyahou a déclaré que les juges non élus avaient trop de pouvoir. Mais les opposants disent que les changements proposés priveront le pouvoir judiciaire de son indépendance et saperont la démocratie israélienne. Les dirigeants de l’opposition israélienne, les anciens procureurs généraux et le président de la Cour suprême d’Israël se sont tous prononcés contre le plan du premier ministre.

Les changements juridiques pourraient aider M. Netanyahou, qui est jugé pour corruption, à échapper à une condamnation, voire à faire disparaître complètement son procès. Depuis son inculpation en 2019, M. Netanyahou a déclaré que le système judiciaire était biaisé contre lui. 

La police a renforcé sa présence avant la marche. Les médias israéliens ont cité la police disant que les officiers avaient reçu pour instruction d’être «très sensibles» et de permettre à la manifestation de se dérouler pacifiquement. Mais ils ont également promis une réponse ferme à tout vandalisme ou comportement violent.

De plus petites manifestations ont également eu lieu dans les villes de Jérusalem et de Haïfa.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.