Des millions s’ajoutent pour combattre les inconduites dans les Forces armées

OTTAWA — Le gouvernement libéral fédéral promet des millions de dollars additionnels pour aider à combattre les inconduites sexuelles dans les Forces armées canadiennes alors qu’il cherche à répondre à la frustration et à la colère concernant la gestion des allégations dans les rangs de l’armée.

Ces sommes incluent un nouveau financement de plus de 77 millions $ sur les cinq prochaines années dédié spécifiquement à ce dossier, en plus de 158 millions $ prévus ailleurs dans les rangs militaires qui seront réorientés pour le nouveau plan sur les inconduites.

Le plan inclus dans le budget fédéral dévoilé lundi indique que les nouveaux fonds seront utilisés pour accroître les services d’aide aux victimes, développer de nouvelles formations en prévention et apporter une surveillance plus indépendante de la gestion des plaintes par l’armée.

Il ne précise toutefois pas d’où viendra le financement réorienté ou quelle forme pourrait prendre cette surveillance indépendante.

«Le gouvernement s’est engagé à prendre d’autres mesures pour renforcer les mécanismes de responsabilisation, promouvoir le changement de culture dans les forces armées et fournir un espace sûr aux survivants pour signaler les inconduites et accéder aux services dont ils ont besoin», affirme-t-on dans le budget fédéral.

Le gouvernement libéral tente aussi de répondre à une autre source de frustration, dans ce cas de la part de la communauté des anciens combattants, qui se plaint depuis des années de l’arriéré dans le traitement des demandes de prestations pour invalidité.

Des militants ont prévenu que les délais forcent de nombreux vétérans vulnérables à attendre parfois des années avant de pouvoir profiter de services de santé mentale.

Le gouvernement dit rendre disponibles 140 millions $ au cours des cinq prochaines années afin que les anciens combattants puissent obtenir de tels services pendant qu’ils patientent pour le traitement de leurs demandes de prestations d’invalidité. Le budget comporte aussi de l’argent pour combattre l’itinérance et pour la formation des anciens combattants.

Le document budgétaire de 739 pages n’apporte pas de grands changements au plan libéral pour l’armée, et semble plutôt réaffirmer la volonté du gouvernement de poursuivre la politique de défense dévoilée pour la première fois en 2017.

Il s’agira d’une nouvelle bien accueillie par l’industrie de la défense, des analystes et des pays alliés étant donné les dommages économiques causés par la COVID-19 et les exemples passés de coupes par le gouvernement fédéral dans les dépenses militaires pour aider à équilibrer le budget.

Le budget prévoit aussi un financement – longuement attendu par des responsables militaires – de 163 millions $ pour commencer à travailler sur une mise à jour du système de défense nord-américain NORAD avec les États-Unis, de même que des fonds pour maintenir en service le système actuel, qui a déjà dépassé sa vie utile.

Le budget comporte également des fonds pour augmenter le nombre d’avions et de navires de guerre prêts à répondre rapidement à une demande de l’alliance militaire de l’OTAN.

Laisser un commentaire