Des ministères fédéraux ont souvent recouru aux services du cabinet-conseil McKinsey

Ottawa a dépensé un peu plus de 84 millions $ en un peu moins de deux ans pour divers contrats accordés à la firme de consultants McKinsey, une partie des fonds ayant été dédiés à «faire progresser l’évolution culturelle» des Forces armées canadiennes ainsi qu’à les aider à être plus diversifiées et inclusives.

Entre mars 2021 et novembre dernier, sept organismes fédéraux ont déboursé 84 379 259, 89 $, peut-on calculer dans un document produit en réponse à une question au feuilleton présentée par le député conservateur Tako Van Popta.

Sur cette période, la Défense nationale est l’un des ministères ayant souvent eu recours aux services du cabinet-conseil McKinsey, que le gouvernement québécois avait payé à fort prix pour l’épauler au tout début de la pandémie de COVID-19.

Radio-Canada a dévoilé que Québec a allongé 35 000$ par jour à la firme établie à New York, et ce, d’avril à juin 2020. Selon une compilation de données citée par le diffuseur public, le gouvernement de François Legault a aussi eu recours aux experts de McKinsey pour lui fournir des conseils en vue de la campagne de vaccination contre la COVID-19.

Le gouvernement de Justin Trudeau contracte les services du cabinet-conseil en question depuis des années.

Le «Globe and Mail» a révélé, au début de 2022, que les dépenses associées à cette firme ont bondi entre la dernière année au pouvoir de l’ex-gouvernement conservateur de Stephen Harper et l’arrivée en poste des libéraux de Justin Trudeau.

Le quotidien torontois a notamment rapporté que cinq ministères fédéraux ont payé conjointement 17,2 millions $ en 2020-2021.

Entre mars 2021 et novembre 2022, la Défense nationale a dépensé à elle seule une somme similaire. En effet, dans sa réponse formulée au député Van Popta, le ministère indique que sept contrats ont encouru des dépenses de 18 356 565,55 $.

L’un des contrats a atteint une valeur d’environ 5,7 millions $ et avait pour but de «faire progresser l’évolution culturelle au moyen d’une analyse des intervenants». Il s’est échelonné entre septembre 2021 et mars 2022.

Un autre contrat de 1,6 million $ a eu pour objectif de «faire progresser l’évolution culturelle au moyen de l’élaboration d’un cadre de diversité, d’équité et d’inclusion».

Le ministère de la Défense nationale n’a pas fourni plus de détails, dans le document consulté par La Presse Canadienne, au sujet de l’«évolution culturelle».

On sait néanmoins que les têtes dirigeantes de ce ministère ont indiqué à maintes reprises qu’elles étaient déterminées à ce qu’un changement de culture s’opère dans les Forces armées canadiennes (FAC) afin de mettre fin au fléau des inconduites sexuelles.

En décembre, la ministre de la Défense, Anita Anand, a fait état de progrès accomplis par l’armée dans la mise en œuvre des recommandations faites, à ce chapitre, par l’ex-juge de la Cour suprême Louise Arbour.

Cette dernière a, le jour même, accusé l’état-major des FAC de se traîner les pieds dans ce dossier. Comparaissant devant le Comité permanent de la défense nationale, Mme Arbour a soutenu qu’elle avait constaté une résistance à retirer la juridiction de l’armée sur les enquêtes et les poursuites dans les cas d’agressions sexuelles et d’autres crimes connexes.

La ministre Anand a annoncé qu’elle avait ordonné aux FAC de mettre fin à leur compétence en matière de crimes sexuels, même si la police militaire a déclaré avoir eu du mal récemment à transférer de tels cas aux autorités civiles.

Services publics et Approvisionnement Canada (SPAC) a aussi eu fréquemment recours à la firme McKinsey entre mars 2021 et novembre 2022. Ce ministère, qui conclut souvent des contrats pour répondre aux besoins d’autres entités gouvernementales, a déboursé un total de 45,7 millions $. SPAC n’a pas détaillé les objectifs des contrats énumérés, mais a signalé avoir conclu 11 de 18 contrats pour le compte de la Défense nationale.

Les autres ministères et organismes ayant eu recours au cabinet-conseil sur la même période sont Emploi et Développement social Canada, Exportation et Développement Canada, Destination Canada, la Banque de développement du Canada et Énergie atomique du Canada limitée.

– Avec des informations de Lee Berthiaume

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.