Lutte au blanchiment d’argent: Morneau annonce une somme de 10 M $ à la GRC

VANCOUVER — Le gouvernement fédéral a annoncé l’octroi d’une somme de 10 millions $ à la Gendarmerie royale du Canada pour l’aider à lutter contre le blanchiment d’argent.

Au terme d’une téléconférence des ministres des Finances et de la Justice de tout le pays, le ministre fédéral des Finances, Bill Morneau, a indiqué que les responsables politiques avaient discuté de l’importance de poursuivre devant les tribunaux les blanchisseurs d’argent. Ces 10 millions $ permettront de colliger les renseignements et rendre les criminels imputables de leurs actes.

Selon M. Morneau, les ministres ont aussi parlé de la nécessité de rendre plus transparentes les données sur les propriétaires immobiliers, grâce à un registre des droits de propriété — bien qu’aucun engagement final n’ait été pris par les provinces à cet égard.

M. Morneau a soutenu que le gouvernement fédéral ne pouvait pas créer un cadre pour de tels registres, car il y avait des problèmes de confidentialité et de réglementation. Mais tous les intervenants sont prêts à faire progresser le dossier.

Dans son dernier budget, le gouvernement fédéral a prévu dépenser près de 160 millions $ au cours des trois prochaines années pour lutter contre le blanchiment d’argent au pays. Le ministre de la Réduction du crime organisé, Bill Blair, a déclaré que le Canada se dote actuellement de nouveaux outils pour réagir, enquêter et porter des accusations.

Le gouvernement ontarien veut obtenir un financement correspondant à celui de la Colombie-Britannique, mais M. Blair a soutenu que les ministres n’avaient pas parlé du partage des ressources financières au cours de la réunion.

La Colombie-Britannique est au coeur du problème: cette province a lancé une enquête publique sur le blanchiment de capitaux en mai dernier, après la publication de trois examens indépendants révélant que des milliards de dollars sont blanchis chaque année par l’intermédiaire des casinos, du marché immobilier et d’autres secteurs.

La ministre provinciale des Finances, Carole James, a déclaré dans un communiqué que le blanchiment d’argent avait faussé l’économie de la province, alimenté la crise de surdose d’opioïdes et entraîné la hausse des prix du logement. Mais elle rappelle que les criminels ne s’arrêtent pas aux limites des provinces.

«Il s’agit d’un problème national et le gouvernement fédéral et toutes les provinces doivent prendre des mesures énergiques pour lutter contre le blanchiment d’argent dans notre pays», a-t-elle soutenu.