Des mosquées annulent ou modifient leurs programmes de prière du vendredi

TORONTO — Des mosquées à travers le pays ont annulé ou modifié leurs programmes de prière du vendredi, après que deux associations islamiques eurent appelé à la suspension de la pratique pour empêcher la propagation de la COVID-19.

L’Association médicale musulmane du Canada (MMAC) et le Conseil canadien des imams affirment que les mosquées devraient annuler les prières du vendredi — un rituel analogue à la messe du dimanche pour les catholiques — jusqu’à nouvel ordre.

Asma Amjad, médecin d’Ottawa et vice-présidente du MMAC, a déclaré qu’il s’agissait d’une décision difficile à prendre pour les mosquées, mais que cela faisait partie de leur devoir d’aider à empêcher la propagation du nouveau coronavirus.

«Les prières du vendredi sont si chères aux musulmans, c’est une partie si importante de notre vie», a déclaré Mme Amjad. «Mais nous avons le devoir d’être proactifs.»

Les événements sportifs et les concerts majeurs étant annulés, Mme Amjad a affirmé qu’il incombait également à la communauté musulmane d’agir.

Elle a dit ne pas s’attendre à ce que toutes les mosquées suivent immédiatement l’avis, mais a dit espérer qu’avec le temps, davantage de personnes annuleront la prière du vendredi.

Les mosquées d’Ottawa, de la région de Toronto et de Niagara Falls, en Ontario, avaient déjà annoncé qu’elles suspendaient la prière cette semaine.

Dans d’autres villes comme Vancouver et Montréal, certaines mosquées ont limité l’événement à 250 personnes. Plusieurs provinces, dont le Québec, l’Ontario et la Nouvelle-Écosse, ont demandé aux organisations de limiter les rassemblements publics à ce nombre ou moins.

Mme Amjad a affirmé qu’il existe des solutions de rechange pour les musulmans qui veulent pratiquer la prière du vendredi, y compris la diffusion en direct du sermon depuis une mosquée voisine, ou l’apprentissage de simples sermons et leur lecture aux membres de la famille.

Les plus populaires