Des navires de grains autorisés à quitter l’Ukraine et des changements au front

KYIV, Ukraine — Quatre autres navires transportant des marchandises agricoles bloqués par la guerre en Ukraine ont reçu l’autorisation de quitter les ports de la mer Noire du pays. 

L’organisme chargé de superviser un accord international visant à faire sortir 20 millions de tonnes de céréales d’Ukraine pour nourrir les populations d’Afrique, du Moyen-Orient et de certaines régions d’Asie a déclaré que les navires chargés devaient partir lundi. 

L’Ukraine, la Russie, la Turquie et les Nations Unies ont convenu le mois dernier de créer un canal maritime qui permettrait aux cargos de voyager en toute sécurité depuis la côte sud de l’Ukraine. 

La mise en œuvre de l’accord, qui est en vigueur depuis quatre mois, a progressé lentement alors que les analystes avertissent que la Russie déplace des troupes et du matériel en direction des ports pour éviter une contre-offensive ukrainienne.

Au cours des quatre derniers mois de la guerre, la Russie s’est concentrée sur la capture de la région du Donbass dans l’est de l’Ukraine, où les séparatistes pro-Moscou contrôlent certains territoires en tant que républiques autoproclamées depuis huit ans. Les forces russes ont progressé dans la région frontalière de la Russie tout en lançant des attaques de missiles et de roquettes pour limiter les mouvements des combattants ukrainiens ailleurs.

Au cours de la journée écoulée, cinq civils ont été tués dans des tirs russes et séparatistes sur des villes de la région de Donetsk, la partie du Donbass encore sous contrôle ukrainien, a rapporté le gouverneur régional. Lui et des responsables du gouvernement ukrainien ont à plusieurs reprises exhorté les civils à évacuer la province.

Nouvelle phase

Dans une analyse du week-end, le ministère britannique de la Défense a déclaré que l’invasion russe qui a commencé le 24 février «est sur le point d’entrer dans une nouvelle phase» dans laquelle le déplacement des combats se déplacerait vers l’ouest et le sud vers une ligne de front d’environ 350 kilomètres qui s’étend près de la ville de Zaporijjya jusqu’à Kherson, occupée par la Russie.

Kherson, située sur le fleuve Dniepr près de son embouchure avec la mer Noire, est passée sous contrôle russe au début de la guerre et les responsables ukrainiens ont juré de la reprendre. Kherson est située à 227 kilomètres d’Odessa, qui abrite le plus grand port d’Ukraine, de sorte que l’escalade du conflit là-bas pourrait avoir des répercussions sur l’accord international sur les céréales.

La ville de Mykolaïv, un important centre de construction navale qui subit des tirs de roquette quotidiens des forces russes, est encore plus proche d’Odessa. Le gouverneur de la région de Mykolaïv a annoncé qu’une installation industrielle à la périphérie de la capitale régionale avait été la cible de tirs tôt dimanche.

Samedi, les forces russes ont lancé des frappes aériennes, effectué des tirs d’artillerie et redistribué d’autres armes dans le cadre de tentatives de défense de leurs positions dans les zones occupées, selon l’Institute for the Study of War, un groupe de réflexion de Washington.

Citant des responsables ukrainiens locaux, l’institut a déclaré que les Russes «continuent d’accumuler de grandes quantités de matériel militaire» dans une ville proche de Kherson, de l’autre côté du Dniepr. Les préparatifs semblaient conçus pour défendre les routes logistiques vers la ville et pour établir des positions défensives sur la rive gauche du fleuve, selon le groupe de réflexion.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.