Des observateurs européens n’ont aucune preuve de fraude

BERLIN — Le patron d’une mission internationale qui observe le déroulement de l’élection américaine assure que son équipe n’a rien détecté en appui aux allégations du président Donald Trump concernant un vote par correspondance frauduleux.

Michael Georg Link, un parlementaire allemand qui dirige la mission d’observation de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), a déclaré à la presse de son pays jeudi que «le jour même du vote, nous n’avons constaté aucune infraction» dans les bureaux de scrutin américains visités.

M. Link s’est dit «très surpris» par les allégations de M. Trump concernant une fraude du vote par correspondance, puisque cette méthode est utilisée aux États-Unis depuis le 19e siècle.

«Nous avons examiné ça. Nous n’avons constaté aucune violation que ce soit des règles», a dit M. Link.

Ni les observateurs des élections américaines ni les médias n’ont détecté de signe de fraude, mais l’équipe de l’OSCE a répété mercredi ses inquiétudes de longue date concernant la privation du droit de vote de certains électeurs et l’effet déformant des lois sur le financement électoral.

M. Link a admis que certaines erreurs ont été commises, «mais absolument aucune interférence ou manipulation du vote par correspondance».

M. Trump prétend depuis plusieurs semaines que le vote par correspondance est vulnérable à la fraude. Mercredi matin, alors que certains États pivots semblaient lui échapper, il a évoqué une campagne pour le priver de la victoire et s’est prématurément proclamé vainqueur.

«Il faut que ce soit dénoncé, a dit M. Link, au sujet des efforts du président pour stopper le dépouillement du vote. Il n’a ni le droit ni la possibilité de le faire. La responsabilité du décompte appartient exclusivement aux États.»

Les États-Unis sont membres de l’OSCE, dont le siège se trouve à Vienne. L’organisation participe à des missions d’observation des principales élections de tous ses membres.

Laisser un commentaire