Des parents font appel de la décision d’extuber leur enfant dans le coma

MONTRÉAL — La famille d’un enfant de cinq ans plongé dans le coma depuis juin va faire appel d’une décision de la Cour supérieure du Québec autorisant un hôpital de Montréal à retirer définitivement le tube respiratoire du garçon.

L’avocat des parents de l’enfant, Patrick Martin-Ménard, affirme que ses clients prévoient faire appel de la décision, car ils souhaitent que l’hôpital intube l’enfant s’il ne peut pas respirer par lui-même à la suite de la procédure d’extubation.

L’hôpital Sainte-Justine a expliqué que le tube respiratoire cause plus de mal que de bien et que l’enfant devrait recevoir des soins de fin de vie si l’extubation ne réussit pas. Les médecins pensent que l’enfant peut respirer par lui-même et que les risques associés à l’intubation sont supérieurs aux bénéfices escomptés, indique le jugement de la Cour. 

Me Martin-Ménard a déclaré la semaine dernière que l’hôpital n’avait pas adéquatement collaboré avec les parents et que les conséquences du retrait du tube respiratoire demeurent floues.

L’enfant est dans le coma depuis le 12 juin après avoir été retrouvé au fond de la piscine familiale, et les preuves présentées au tribunal ont montré que le garçon avait subi des lésions cérébrales graves et irréversibles. 

Le juge Bernard Jolin a écrit dans sa décision du 1er novembre que les objections des parents ne sont pas dans le meilleur intérêt de l’enfant et sont basées sur l’espoir que Dieu ramènera miraculeusement le garçon dans l’état où il était avant qu’il ne tombe dans la piscine.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.