Des patients hospitalisés en Ontario pourront être transférés dans un foyer à 150 km

TORONTO — Les patients hospitalisés en Ontario en attente de places en soins de longue durée pourront être transférés dans un foyer qui n’était pas celui de leur préférence à une distance allant jusqu’à 150 kilomètres, et devront payer des frais de 400 $ par jour s’ils refusent, a annoncé mercredi le gouvernement provincial.

À partir de la semaine prochaine, les patients du sud de l’Ontario pourront être déplacés jusqu’à 70 kilomètres du lieu où il se trouve, tandis que ceux du nord de l’Ontario pourront être déplacés à une distance allant jusqu’à 150 kilomètres, ont déclaré mercredi la ministre de la Santé, Sylvia Jones, et le ministre des Soins de longue durée, Paul Calandra.

«Des réglementations et des conseils seront donnés à nos partenaires de soins de santé qui les maintiendront près de chez eux et respecteront les préférences religieuses, ethniques et linguistiques. Les couples resteront ensemble», ont affirmé Mme Jones et M. Calandra.

Les règlements annoncés mercredi font partie d’un effort visant à libérer des lits d’hôpitaux alors que le système de santé est aux prises avec des fermetures temporaires de salles d’urgence et un arriéré dans les chirurgies.

«Nous voulons être clairs sur ce que fait cette politique: elle libère des lits d’hôpitaux afin que les personnes en attente d’une intervention chirurgicale puissent les obtenir plus tôt; elle atténue la pression sur les services d’urgence bondés en admettant les patients plus tôt», ont-ils fait valoir.

Les ministres ont déclaré que la politique n’affectera que les patients qui attendent leur sortie de l’hôpital et dont les foyers de soins de longue durée préférés n’ont pas de places disponibles.

Les changements entreront en vigueur à partir de mercredi de la semaine prochaine.

À partir du 20 novembre, les hôpitaux seront tenus de facturer aux patients qui ont reçu leur congé de leur médecin et qui refusent d’être transférés dans un foyer qui n’est pas de leur choix des frais quotidiens de 400 $.

La province a présenté le mois dernier une loi qui permettrait aux hôpitaux d’envoyer temporairement des patients dits d’un niveau de soins alternatif dans un foyer de soins de longue durée qu’ils n’ont pas choisi.

La province a déclaré qu’environ 1800 de ces patients sont actuellement hospitalisés en attente d’une place dans l’un de leurs cinq choix préférés dans un foyer de soins de longue durée.

Le projet de loi, qui a été adopté par la législature sans audiences publiques, a suscité l’indignation de personnes âgées et de défenseurs de leurs droits.

Mme Jones et M. Calandra ont déclaré que les distances sont «basées sur les commentaires que nous avons reçus du secteur et offrent aux hôpitaux les options nécessaires pour que cette politique soit efficace».

Des services d’urgence des hôpitaux de la province ont été fermés pendant des heures ou des jours d’affilée au cours des derniers mois, en grande partie en raison d’une pénurie d’infirmières.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.