Des pêcheurs de homard accusent des pêcheurs autochtones d’activité illégale

HALIFAX — Un député de la Nouvelle-Écosse demande à Ottawa d’intervenir pour apaiser la colère croissante des pêcheurs de homard qui accusent les pêcheurs autochtones de pêcher et de vendre illégalement du homard hors saison.

Chris d’Entremont, député conservateur fédéral de Nova-Ouest, a écrit une lettre à la ministre des Pêches Bernadette Jordan, affirmant qu’il s’inquiétait pour la sécurité de ses électeurs.

Mardi, des centaines de pêcheurs commerciaux non autochtones ont manifesté à deux quais situés dans le sud-ouest de la Nouvelle-Écosse, alléguant qu’une pêche illégale avait cours dans la baie Sainte-Marie.

Ils affirment qu’une pêche communautaire au homard par des membres des Premières Nations sert de prétexte à une pêche commerciale illégale et réclament des mesures de répression contre ceux qui vendent du homard hors saison.

M. D’Entremont dit que les manifestations sont le résultat de l’incapacité de Mme Jordan à prendre des mesures pour régler un enjeu qui est une source de friction dans les Maritimes depuis plus de 20 ans.

L’Assemblée des chefs mi’kmaw de la Nouvelle-Écosse a cité une décision de la Cour suprême du Canada de 1999 confirmant le droit constitutionnel des Premières Nations de gagner leur vie modérément grâce à la pêche, affirmant qu’Ottawa n’a pas encore établi de règles encadrant une telle pêche.

Le député conservateur, dont la circonscription comprend la baie Sainte-Marie, a demandé à la ministre Jordan de se rendre en Nouvelle-Écosse pour rencontrer les pêcheurs afin de régler le différend.

«Votre incapacité à prendre des mesures concrètes au cours de la dernière année est inacceptable et est comme une gifle pour les Néo-Écossais», a déclaré M. d’Entremont, mercredi, dans sa lettre, cosignée par le député conservateur du Nouveau-Brunswick Richard Bragdon.

«Votre traitement lamentable de cette question annule les décennies mises à entretenir des relations (…) et met en péril le dialogue important qui devrait avoir lieu (…) Nous vous demandons de prendre des mesures concrètes immédiates pour protéger tous les Néo-Écossais et désamorcer la situation actuelle.»

Laisser un commentaire