Des pêcheurs de homard dénoncent encore les «captures illégales» des Autochtones

DIGBY, N.-É. — Quelques dizaines de pêcheurs de homard ont manifesté lundi devant les bureaux de Pêches et Océans Canada à Digby, dans le sud-ouest de la Nouvelle-Écosse, pour dénoncer à nouveau ce qu’ils considèrent comme la «pêche commerciale illégale» pratiquée par des Autochtones.

Bernie Berry, de l’Association des pêcheurs de homard de Coldwater, a indiqué qu’une cinquantaine de manifestants s’étaient rassemblés à Digby pour exiger des autorités fédérales qu’elles fassent respecter les règles relatives à la vente de homard capturé par les pêcheurs autochtones en dehors de la saison régulière.

Les manifestants soutiennent que les pêcheurs autochtones jouissent d’un avantage concurrentiel déloyal en abusant du droit qui leur est reconnu de pêcher, de façon limitée, en dehors de la saison régulière, qui a pris fin le 31 mai.

Dans l’arrêt-clé Sparrow, prononcé en 1990, la Cour suprême du Canada reconnaissait aux peuples autochtones le droit ancestral de pratiquer la pêche à des fins alimentaires, sociales ou rituelles, peu importe la saison. Les règles fédérales interdisent toutefois clairement aux Autochtones de vendre le produit de cette pêche limitée.

David Whorley, directeur régional à Pêches et Océans, soutient que les autorités font respecter les règles en vigueur. Il a par ailleurs indiqué que les enquêteurs du ministère se penchent aussi sur une dizaine de dépôts sauvages de homard qui auraient été signalés dans la région.