Des pêcheurs de homards et de crabes dénoncent la liste rouge pour aider les baleines

Des pêcheurs de homards et de crabes canadiens affirment que l’ajout récent de crustacés à une soi-disant «liste rouge» de fruits de mer à éviter est décevant.

Les pêcheurs réagissent à un rapport de Seafood Watch, un organisme établi en Californie, qui affirme que les industries de la pêche au homard et au crabe sont une menace pour la baleine noire de l’Atlantique Nord qui est en voie de disparition parce que les baleines s’emmêlent dans les équipements de pêche.

Or, le directeur exécutif du Conseil canadien du homard, Geoff Irvine, soutient que la liste rouge ne tient pas compte des «efforts importants» déployés par les pêcheurs de homard canadiens pour éviter les enchevêtrements avec la population évaluée à quelque 340 baleines noires.

Jason Spingle, secrétaire-trésorier du syndicat de la pêche, de l’alimentation et des branches connexes (FFAW), qui représente environ 15 000 travailleurs à Terre-Neuve-et-Labrador, affirme que le rapport de Seafood Watch est basé sur des «informations non fondées», ajoutant que les centaines de pêcheurs avec lesquels il a parlé n’ont pas vu de baleine noire dans leurs zones de pêche.

Le gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador s’oppose également au rapport, affirmant qu’il est injustifié et irresponsable pour le groupe de placer le crabe des neiges et le homard pêchés dans la province sur une liste rouge.

Seafood Watch est un programme détenu et exploité par l’aquarium de Monterey Bay en Californie, qui produit des évaluations, des recommandations et des recherches pour les entreprises qui achètent des fruits de mer.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.