Des pirates iraniens attaquent des comptes de responsables américains

WASHINGTON — Microsoft a annoncé vendredi que des pirates informatiques liés au gouvernement iranien avaient ciblé la campagne d’un candidat à la présidentielle aux États-Unis, des responsables du gouvernement américain, des médias et des expatriés iraniens.

Les pirates ont tenté de s’introduire dans 241 comptes et y sont parvenus dans quatre cas. Les comptes piratés ne sont toutefois pas liés à des candidats à la présidentielle ni à des responsables américains actuels ou passés, selon Microsoft. Une porte-parole de l’entreprise a refusé d’identifier les personnes concernées, citant le respect de la vie privée des clients.

Les services américains de renseignement ont déjà affirmé il y plusieurs mois que des gouvernements étrangers pourraient tenter de perturber la campagne présidentielle de 2020 aux États-Unis.

Dans une déclaration écrite publiée vendredi, le vice-président de la sécurité et de la confiance des clients chez Microsoft, Tom Burt, a déclaré que les propriétaires des quatre comptes compromis avaient été avertis.

Les attaques du groupe de pirates, appelé «Phosphorus» par Microsoft, ont eu lieu sur une période de 30 jours entre août et septembre.

M. Burt a expliqué que les pirates iraniens utilisaient les fonctions de réinitialisation du mot de passe et de récupération de compte pour tenter de s’infiltrer dans les comptes.