Des préposés aux bénéficiaires embauchés avant même d’être formés

MONTRÉAL — On n’a pas fini d’entendre parler de pénurie de main-d’œuvre dans le réseau de la santé et les institutions doivent innover pour attirer des candidats, quitte à prendre des raccourcis. Le CIUSSS de l’Estrie-CHUS (CIUSSSE-CHUS) propose ainsi d’embaucher dès janvier les nouveaux étudiants inscrits au programme de formation pour devenir préposés aux bénéficiaires.

Le centre de santé a dévoilé sa nouvelle stratégie, mardi, en précisant que les entrevues d’embauche allaient débuter à compter de la semaine prochaine, soit le 28 décembre. Contrairement aux précédentes cohortes, les candidats intéressés à la formation vont d’abord devoir passer une entrevue pour entreprendre leur formation.

«Ce qu’on évalue en entrevue, la première chose, c’est le savoir-être. On veut s’assurer que la personne a le savoir-être requis pour être capable de travailler dans un milieu de soins auprès d’usagers», explique le directeur adjoint au soutien à la gestion intégrée de la main-d’œuvre du CIUSSSE-CHUS, Marc-Antoine Rouillard.

Les premières cohortes devraient être lancées dans les centres scolaires de Granby, Sherbrooke, Lennoxville et Coaticook. D’autres groupes devraient éventuellement s’ajouter ailleurs en Estrie, notamment dans les secteurs de Magog, de Lac-Mégantic et de Windsor.

En étant choisis, les candidats deviendront dès lors des employés à part entière du centre de santé en touchant un salaire de préposé aux bénéficiaires et en profitant de tous les avantages sociaux en plus d’accumuler de l’ancienneté.

Leur horaire hebdomadaire sera composé d’environ trois journées d’apprentissage en centre de formation professionnelle, auxquelles s’ajouteront une à deux journées de travail dans les établissements de santé. Au bout de trois mois, les étudiants deviendront des employés à temps plein, mais ils vont continuer d’être supervisés par leurs enseignants pour évaluer leurs compétences jusqu’à l’obtention de leur diplôme d’études professionnelles.

Il manquerait actuellement environ 300 préposés dans l’ensemble des établissements gérés par le centre de santé de l’Estrie. On espère que cette initiative permettra de combler une partie des besoins.

De plus, M. Rouillard souligne que l’ouverture attendue de nouvelles Maisons des aînés ainsi que l’élargissement des services de soins à domicile vont entraîner une hausse des besoins.

Le CIUSSSE-CHUS fait ainsi le pari que l’ensemble de la cohorte sera en mesure de compléter la formation avec succès et de décrocher un diplôme. 

«On va tout faire pour que chaque personne connaisse du succès. Si jamais des gens rencontrent des difficultés, ce sera du cas par cas à évaluer et on pourra peut-être les rediriger vers d’autres types d’emploi», mentionne le directeur adjoint aux ressources humaines.

«Il y a une part de risque, mais le besoin en main-d’œuvre à titre de préposé aux bénéficiaires, lui il est bien réel, bien actuel, et il faut trouver des moyens de combler ce besoin-là», poursuit-il.

Les personnes intéressées sont invitées à consulter la plateforme besoindevous.ca.

Le contenu en santé de La Presse Canadienne obtient du financement grâce à un partenariat avec l’Association médicale canadienne. La Presse Canadienne est l’unique responsable des choix éditoriaux.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.