Des progrès dans la désignation de lieux au nom de femmes

QUÉBEC — Les femmes représentent seulement environ 10 % de la toponymie commémorative au Québec, mais la proportion de femmes dans tous les noms de lieux officialisés annuellement augmente de façon constante, souligne la Commission de toponymie.

L’organisme a dit profiter de la Journée internationale des femmes — le 8 mars — pour ajouter un critère de recherche dans la Banque de noms de lieux du Québec. Ce critère permet de repérer les toponymes rappelant des personnalités féminines.

À ce jour, il y a 243 400 noms de lieux officiels au Québec, dont un peu plus de 44 000 «rappellent des personnes», indique la Commission de toponymie. De ce nombre, quelque 4400 noms sont reliés à des personnalités féminines. Les lieux au nom de personnalités féminines représentent donc environ 10 % de la toponymie commémorative.

Tout de même, la proportion dans les désignations annuelles est en constante progression, étant passée de 11 % en 2014-2015 à 23 % en 2018-2019, a souligné l’organisme, vendredi, par communiqué.

La Commission de toponymie salue le travail des municipalités pour les «progrès accomplis», étant donné qu’elles sont responsables, dans une très large mesure, de la toponymie commémorative.

L’organisme les invite «à poursuivre leurs initiatives pour faire une plus grande place aux femmes dans la toponymie».

«La nomenclature toponymique du Québec est le résultat de siècles d’occupation du territoire. Si l’augmentation de la présence des femmes dans les noms de lieux est un travail de longue haleine, chaque geste posé aujourd’hui contribue à construire le patrimoine toponymique de demain», souligne-t-on.

La Commission dit officialiser annuellement quelque 1500 noms de lieux.

Selon la Commission de toponymie, les 10 femmes les plus «rappelées» dans la toponymie du Québec sont les suivantes:

Marie

Anne

Marguerite Bourgeoys

Victoria

Jeanne Mance

Marguerite d’Youville

Gabrielle Roy

Jeanne d’Arc

Hélène Boullé

Madeleine de Verchères