Des propriétaires de chalets du Nouveau-Brunswick à la rescousse d’un poisson

MIRAMICHI, N.-B. — Un projet controversé sur gouvernement du Nouveau-Brunswick vient d’être temporairement bloqué par des propriétaires de chalets de la région de Miramichi. Ceux-ci ne veulent pas du plan visant à éradiquer l’achigan à petite bouche des cours d’eau à l’aide de pesticides.

Une ordonnance d’interdiction a été imposée mardi par le juge de la Cour du banc de la Reine, Terrence Morrison, à une coalition de groupes souhaitant procéder à l’éradication du poisson à l’aide d’un produit chimique connu sous le nom de roténone.

L’ordre de la cour nomme Daniel Houghton, un propriétaire de chalet riverain du lac Miramichi, parmi les trois plaignants. L’injonction interdit toute action jusqu’à la tenue d’une audience sur le fond de l’affaire le 17 août.

En entrevue, M. Houghton affirme que d’autres riverains et lui ont déposé une demande d’injonction le 2 août pour empêcher le déversement de produits chimiques pour tuer les poissons.

Il a précisé que l’injonction a été imposée au Groupe de travail sur l’éradication de l’achigan à petite bouche dans le Miramichi après que ce dernier eut transmis un courriel aux riverains, mardi, les informant de son intention d’aller de l’avant dans un délai de 24 heures.

Par courriel, le porte-parole du North Shore Micmac District Council, qui fait partie du groupe de travail en cause, n’a pas voulu commenter le dossier et a fait savoir qu’une réaction serait transmise plus tard cette semaine.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.