Des publications mensongères coordonnées durant les élections en Alberta

EDMONTON — Un organisme fédéral qui a enquêté sur les récentes élections en Alberta a trouvé des preuves de diverses tactiques durant la campagne, notamment des publications mensongères coordonnées sur les médias sociaux.

Le Mécanisme de réponse rapide (MRR) a été créé par le G7 lors de la conférence de 2018 à Charlevoix. Il vise à renforcer la coordination entre les membres pour identifier, prévenir et répondre aux menaces pesant sur les démocraties du G7 d’acteurs étrangers utilisant les médias sociaux pour influencer le cours des élections.

Le MRR est établi au Canada.

Sur son site web, il est indiqué qu’il a enquêté sur la campagne en Alberta pour déterminer si des joueurs étrangers étaient impliqués.

«Les élections en Alberta ont été considérées à risque d’ingérence étrangère en raison de la mesure dans laquelle les questions environnementales ont fait l’objet de débats», a indiqué l’organisme.

Le MRR n’a constaté aucune influence organisée de l’extérieur des frontières de la province. Cependant, des Albertains semblaient vouloir tirer profit de ces mêmes tactiques.

«MRR Canada a recensé des communautés qui ont affiché un modèle suspect de création de comptes indiquant des activités de trolls ou de robots», indique le rapport. «(Elles) étaient principalement composées de partisans du Parti conservateur uni.»

«Le modèle n’a pas été identifié dans les communautés de partisans du Parti libéral de l’Alberta ou du Nouveau Parti démocratique de l’Alberta.»

Le rapport fonde cette conclusion sur le grand nombre de comptes de médias sociaux créés par des partisans du Parti conservateur uni au cours des premiers mois de 2019. Cette analyse a été combinée à une évaluation du comportement de ces comptes et du réseau auquel ils faisaient partie.

«Ce sont des indications d’activités probablement non authentiques», indique l’organisme.

Le rapport ajoute que des groupes de pression tiers «diffusaient également de la désinformation en ligne» avant le scrutin.

Le Parti conservateur uni, dirigé par Jason Kenney, a remporté le scrutin d’avril.

Le rapport conclut que, même si des messages mensongers étaient systématiquement diffusés sur les médias sociaux, leur contenu ne se trouvait pas au coeur des débats entre les électeurs.

Il réfute les évaluations précédentes selon lesquelles jusqu’à un tiers des publications au cours de la campagne provenaient de supposés «robots».

Les «robots» sont des programmes de médias sociaux conçus pour générer artificiellement des publications qui apparaissent comme si elles étaient rédigées par une personne réelle. Les «trolls» sont des utilisateurs de médias sociaux qui génèrent intentionnellement des conflits en ligne afin de provoquer des réactions émotionnelles et de faire dérailler les discussions.

Les «robots» et les «trolls» peuvent être utilisés de concert pour amplifier leur effet.

Les partisans du Parti populaire du Canada, dirigé par Maxime Bernier, ont également montré des «modèles suspects» de création de comptes de médias sociaux.

Le MRR a également trouvé un petit nombre de comptes poussant pour l’indépendance de l’Alberta.

Le rapport laisse entendre que des acteurs politiques canadiens adoptent de mauvaises habitudes — avec des conséquences inquiétantes pour la prochaine campagne fédérale.

«Les élections en Alberta sont un exemple de situation où il pourrait y avoir des éléments de preuve d’un comportement non authentique coordonné de la part d’acteurs canadiens, ce qui rend plus difficile la détection de l’ingérence étrangère», soutient-on.