«Des ratés systémiques», pendant la tuerie à Ulvade, dénonce un rapport

UVALDE, Texas — «Des ratés systémiques» ont provoqué un chaos qui a persisté pendant plus d’une heure pendant la tuerie à l’école élémentaire d’Uvalde au Texas, selon un rapport d’enquête préliminaire publié dimanche.

Le rapport de 80 pages a été obtenu par plusieurs médias. Il est le premier à mettre en doute le travail de la police fédérale et de celle de l’État du Texas, pas seulement celui des autorités locales pour l’inaction de plusieurs centaines d’agents lourdement armés pendant qu’un tireur abattait des élèves d’une classe de quatrième année.

Le document a été rédigé par un comité d’enquête mis en place par la Chambre des représentants du Texas. Il a été publié par des membres des familles des victimes. Il est l’examen le plus complet jusqu’à maintenant de la piètre réaction des autorités lors du massacre du 24 mai à l’école Robb.

Selon le Texas Tribune, 376 policiers étaient massés autour de l’école, dont 150 membres de la police frontalière américaine et 91 agents de la police texane.

«C’est une blague. Ils sont nuls. Ils n’ont plus le droit de porter un insigne. Aucun d’entre eux», a lancé Vincent Salazar, le grand-père d’une des victimes.

Le rapport se fonde sur les entrevues réalisées à huis clos avec plus de 40 personnes, dont des témoins et des policiers qui étaient sur les lieux de la tuerie.

Plusieurs enquêtes sont en cours, dont une menée par le ministère fédéral de la Justice. Un autre rapport mené par des experts tactiques de l’Université de l’État du Texas, publié plus tôt en juillet, affirmait qu’un policier d’Uvalde avait eu l’occasion d’arrêter le tireur avant qu’il pénètre dans l’école.

C’est un exemple de nombreux témoignages qui se contredisent depuis la tragédie. Le maire d’Uvalde, Don McLaughlin, a réfuté ce document. Cet examen avait été réalisé à la demande du ministère de la Sécurité du Texas que le maire a fortement critiqué et accusé d’avoir minimisé le rôle de ses agents au cours de la tuerie.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.