Des résidants de Kingston s’inquiètent des grands rassemblements d’étudiants

KINGSTON, Ont. — Les grands rassemblements d’étudiants organisés dans une ville universitaire de l’est de l’Ontario malgré la pandémie de COVID-19 suscitent de l’inquiétude parmi les résidants de la région.

La police et les autorités municipales de Kingston ont récemment dû fermer une jetée et une plage populaires en raison du trop grand nombre de personnes qui s’y rassemblaient depuis que des milliers d’étudiants sont revenus dans la ville au début du mois de septembre. Des résidants ont déclaré qu’ils avaient dû intervenir eux-mêmes pour mettre fin à des fêtes au cours des derniers jours.

Dans la nuit de dimanche, pendant le long week-end de la fête du Travail, Jeff Masuda, professeur à l’Université Queen’s, a tenté de convaincre ses jeunes voisins, des étudiants, de cesser de faire la fête et de se conformer aux restrictions liées à la COVID-19. Mais ça n’a pas fonctionné.

Des dizaines de jeunes sans masque rassemblés dehors criaient, buvaient et lançaient des bouteilles en ignorant les consignes de distanciation physique, a-t-il rapporté. Certains ont nargué les deux policiers appelés sur les lieux, a-t-il dit, tandis que d’autres sont partis ailleurs poursuivre leur fête nocturne.

M. Masuda s’est promené dans son quartier près du campus et a constaté qu’il y avait des fêtes partout, notamment dans un hôpital abandonné où les mêmes agents se sont présentés pour contenir un groupe de fêtards encore plus imposant.

La région de Kingston a été largement épargnée par la COVID-19 jusqu’à maintenant. On n’y compte actuellement qu’un seul cas actif de la maladie, et 112 cas au total depuis l’arrivée du virus au pays.

Kingston regroupe une importante population étudiante malgré la pandémie. Alors que l’Université Queen’s a limité l’apprentissage en personne à environ 4400 étudiants, soit environ un sixième de sa population étudiante totale, de nombreux étudiants qui suivent leur formation en ligne sont tout de même revenus dans la ville.

M. Masuda, professeur de kinésiologie et de santé, est très insatisfait de la façon dont la municipalité gère les rassemblements de jeunes. «Quel que soit le plan mis en place, il a échoué, estime-t-il. C’était une violation massive des directives sur la COVID dans la communauté.»

Le maire Bryan Paterson a déclaré que la municipalité, l’agence locale de santé publique, la police et l’Université Queen’s faisaient de leur mieux face à la situation.

Le maire comprend la frustration des résidants comme M. Masuda. «C’est un grand défi, je le comprends, et si les membres de la communauté sont capables d’aider ou de rejoindre les voisins étudiants, je pense que c’est en fait une excellente idée», a dit M. Paterson.

L’Ontario a par ailleurs signalé jeudi 170 nouveaux cas de COVID-19 et un nouveau décès lié au virus. Le nombre total de cas en Ontario s’élève maintenant à 43 855, ce qui comprend 2814 décès et 39 474 cas considérés comme résolus.

La ministre de la Santé, Christine Elliott, a déclaré que 28 des 34 bureaux de santé publique de la province signalaient cinq nouveaux cas ou moins. Les nouveaux cas se concentrent principalement à Toronto (55) et dans les régions de York (28) et de Peel (22).

Laisser un commentaire