Des responsables américains discuteront au Mexique de la situation à la frontière

MÉXICO — Le Mexique a annoncé lundi que de grands conseillers de la Maison-Blanche sur les questions frontalières et d’immigration rencontreraient mardi des responsables mexicains pour discuter de la migration et de la situation économique et sociale en Amérique centrale.

Les discussions interviennent au moment où une vague de migrants touche la frontière sud des États-Unis. Le voyage au Mexique comprendra Roberta Jacobson, principale conseillère de la Maison-Blanche sur les questions frontalières, et Juan González, directeur principal du Conseil de sécurité nationale pour l’hémisphère occidental.

Roberto Velasco, directeur mexicain des affaires nord-américaines, a déclaré que les pourparlers se concentreront sur les «efforts conjoints des deux pays pour une migration sûre, sécuritaire et réglementée», et sur des plans pour un développement économique dans le sud du Mexique et en Amérique centrale afin de réduire la pression qui mène tant de gens à vouloir traverser la frontière des États-Unis.

Depuis l’inauguration du président Joe Biden, les États-Unis ont connu une augmentation spectaculaire du nombre de personnes rencontrées par les agents des frontières. Selon le Pew Research Center, 18 945 membres de la famille et 9297 enfants non accompagnés ont été rencontrés en février — une augmentation de 168% et 63%, respectivement, par rapport au mois précédent.

Les responsables de la patrouille frontalière américaine ont fait face à plus de 29 000 mineurs non accompagnés depuis le 1er octobre, soit presque le même nombre de jeunes placés en garde à vue pour toute l’année budgétaire précédente, selon des responsables de l’administration.

Le Mexique a annoncé la semaine dernière des restrictions sur les voyages non essentiels à sa frontière sud avec le Guatemala et le Belize «pour empêcher la propagation de la COVID-19», et a envoyé des centaines d’agents d’immigration et de la Garde nationale à la frontière sud pour réprimer les passages.

Le Mexique n’a pas expliqué pourquoi la mesure avait été annoncée maintenant, plus d’un an après le début de la pandémie, mais elle est arrivée le même jour que les États-Unis ont confirmé qu’ils enverraient 2,5 millions de doses du vaccin contre le coronavirus AstraZeneca au Mexique.

Des responsables affirment que les trafiquants de migrants encouragent les gens à faire le voyage en affirmant que la frontière américaine est ouverte aux migrants, tandis que les responsables de l’administration Biden ont fait valoir que la frontière n’était pas ouverte.

Le Mexique a collaboré avec les États-Unis dans leurs efforts pour endiguer le flux, tout en soulignant que la situation ne peut être résolue qu’en s’attaquant aux problèmes fondamentaux de la pauvreté et du chômage qui poussent beaucoup de gens à migrer. Le Mexique a proposé des investissements massifs pour promouvoir le développement économique dans ces régions.

Par The Associated Press

Laisser un commentaire