Des roquettes frappent une base militaire américaine en Afghanistan

KABOUL — Cinq roquettes ont été tirées samedi sur une importante base militaire américaine en Afghanistan, sans faire de victimes, selon les autorités provinciales et l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN).

Les roquettes ont frappé la base aérienne de Begram, a affirmé Wahida Shahkar, porte-parole du gouverneur de la province de Parwan, dans l’est du pays.

Mme Shahkar a indiqué que 12 roquettes avaient été placées dans un véhicule. Cinq de ces projectiles ont été tirés, mais les policiers ont été en mesure de désamorcer les sept autres.

Elle ne pouvait fournir de détails sur de possibles blessés ou les dommages causés à la base américaine. Selon Mme Shahkar, aucun civil n’a été blessé par les explosions dans le secteur.

Un porte-parole de l’OTAN, a confirmé l’attaque et a affirmé que les rapports initiaux indiquaient que la bas aérienne n’avait pas subi de dommages.

Le geste n’a pas été revendiqué dans l’immédiat.

En avril, l’organisation terroriste Daesh (le groupe État islamique) avait revendiqué une autre attaque où cinq autres roquettes avaient également visé la base militaire américaine en sol afghan. Il n’y avait pas eu de blessés. Daesh a également revendiqué la responsabilité de plusieurs attentats dans la capitale, Kaboul dans les derniers mois, y compris contre une institution d’enseignement où 50 personnes ont été tuées, pour la plupart des étudiants.

Cette recrudescence de la violence en Afghanistan survient malgré des pourparlers entre les représentants des talibans et du gouvernement afghan au Qatar, pour en venir à un accord de paix qui mettrait enfin un terme à des décennies de guerre.

Plus tôt cette semaine, le chef d’état-major américain, le général Mark Milley, a annoncé une rencontre avec les chefs des talibans à Doha pour discuter des aspects militaires d’une entente survenue en février dernier. L’entente, signée au Qatar, devait jeter les bases d’un accord de paix avec le gouvernement afghan.

Le général Milley s’était ensuite rendu à Kaboul pour consulter le président de l’Afghanistan, Ashraf Ghani.

Le général Milley a appelé les deux parties à freiner les actes de violence à travers le pays.

(Par Rahim Faiez de The Associated Press)

Laisser un commentaire