Des témoins racontent la fusillade au procès de Matthew Raymond à Fredericton

FREDERICTON — Un officier du service de police de Fredericton a témoigné jeudi  avoir craint pour sa vie lors de la tuerie du 10 août 2018.

Le sergent Jason Forward a raconté aux jurés lors du procès de Matthew Raymond que la police avait été alertée peu après 7 heures d’une situation de tir actif. Il a dit que «tout le monde devait mettre la main à la pâte».

Âgé de 50 ans, Matthew Raymond fait face à quatre chefs d’accusation de meurtre au premier degré en lien avec la mort de Donnie Robichaud, Bobbie Lee Wright et des policiers municipaux Robb Costello et Sara Burns.

M. Forward a dit que Robb Costello, qui commençait son quart de travail, et Sara Burns, qui terminait le sien, sont montés dans la même voiture pour se diriger vers les lieux où des coups de feu avaient été signalés. Le sergent Forward les a suivis à bord d’une voiture.

Les deux véhicules sont entrés dans l’allée du complexe d’appartements. Jason Forward s’est arrêté pour parler avec un résident qui s’était approché de lui. Ensuite, il a expliqué qu’il avait conduit un peu plus loin avant d’apercevoir Donnie Robichaud et les deux policiers au sol.

«Je savais à ce stade que je ne pourrais pas rejoindre Robb et Sara, a déclaré M. Forward. Je pouvais être la prochaine victime. Je ne sais pas où sont ce type et la fille. Je ne sais pas où ils sont.»

Il a expliqué qu’il avait rampé hors de sa voiture. «Je réfléchis, suis-je le prochain? Suis-je le suivant?».

Selon lui, tout s’est passé très rapidement, mais les agents ont pu déterminer que les tirs provenaient d’un appartement situé au troisième étage.

D’autres agents sont arrivés sur les lieux. Le sergent a ordonné à l’un d’eux de viser le tireur s’il faisait à nouveau usage de son arme.

D’autres coups de feu ont été entendus. Le sergent Forward a relaté qu’on lui avait dit une personne dans l’appartement était «tombée».

La police a utilisé une masse pour percer un trou dans la porte d’un appartement avant de jeter une grenade lacrymogène à l’intérieur. La police a ensuite utilisé une caméra-robot  pour déterminer à quel moment il était sécuritaire de pénétrer dans l’appartement.

Un réveil bruyant

Plus tôt, Norma Foster a raconté devant la salle d’audience à Fredericton, que le matin du 10 août 2018, elle avait été réveillée par des coups de feu.

Mme Foster a dit aux jurés qu’elle avait appelé le 911 et regardé par la fenêtre de son appartement. Elle a alors vu deux personnes vérifier le pouls d’un homme étendu sur le sol, à l’extérieur.

Elle a témoigné que peu de temps après avoir entendu les coups de feu, la police est arrivée. Puis, a-t-elle raconté, elle a entendu des bruits forts et a vu l’agent Costello «tomber».

Émue, elle a déclaré qu’elle avait dit au répartiteur du 911 que deux policiers avaient été abattus.

Sarah Gould, elle aussi témoin des événements, a sangloté en racontant comment elle s’était réveillée au son des coups de feu et avait regardé par la fenêtre de la chambre de sa sœur. Elle a dit avoir vu un moustiquaire de fenêtre au sol, et qu’après avoir regardé vers le haut, elle avait aperçu le canon d’une arme à feu sortir d’une fenêtre.

Mme Gould a dit que les policiers étaient arrivés quelques minutes plus tard et qu’elle avait entendu d’autres tirs. «Ils se sont fait tirer dessus, a-t-elle raconté en pleurant. D’abord l’homme est tombé, puis la femme.»

Lorsqu’on lui a demandé où les policiers avaient reçu les coups de feu, Mme Gould a pointé sa poitrine, faisant référence aux blessures du policier, puis a pointé son dos pour indiquer où la policière avait reçu une balle. Elle a ajouté qu’elle avait vu deux personnes accroupies près d’une voiture.

Mercredi, les jurés ont appris que ces personnes étaient Shawn Noble et Kendra Snodgrass. Les jurés ont appris que le couple avait vu un homme étendu par terre et était sorti pour voir s’il pouvait offrir de l’aide. Ils ont constaté que l’homme n’avait aucun pouls et ont attendu l’arrivée de la police. Ils se sont cachés derrière une voiture lorsque les tirs ont repris.

Jeudi, Martin Vézina a raconté que sa conjointe l’avait sorti du lit ce matin d’août après qu’elle eut entendu ce qui ressemblait à un feu d’artifice à l’extérieur de leur appartement.

Il a dit qu’il avait regardé par la fenêtre de son salon et avait vu ce qui semblait être le canon d’une arme à feu dépassant d’une fenêtre. Il a alors entendu une forte détonation et un bruit de verre brisé. M. Vézina a raconté qu’il s’était couché au sol et avait rapidement rampé vers une chambre, dans laquelle il s’est barricadé.

Une photo présentée en preuve au tribunal montre un trou de balle à travers la fenêtre du salon de l’appartement de M. Vézina.

M. Vézina a rapporté avoir entendu au moins 10 autres coups de feu. Il a ajouté qu’il était resté dans l’appartement avec sa conjointe et ses trois enfants jusqu’à ce que la police vienne les escorter.

Laisser un commentaire
Les plus populaires