Des travailleurs mis à pied en 2008 en ont profité pour retourner aux études

OTTAWA – Une nouvelle étude de Statistique Canada révèle que les travailleurs qui avaient été mis à pied lors de la récession de 2008-2009 étaient beaucoup plus susceptibles que les autres travailleurs de s’inscrire dans un établissement d’enseignement postsecondaire.

Ainsi, 3,1 pour cent des travailleurs adultes de sexe masculin qui ont perdu leur emploi en 2008 se sont inscrits dans un établissement d’enseignement postsecondaire pour y étudier à temps plein la même année. Cela représente un taux plus de cinq fois supérieur à celui observé parmi les travailleurs qui n’ont jamais été mis à pied de 2001 à 2011.

Pendant cette période, seulement 0,6 pour cent des travailleurs adultes de sexe masculin qui n’ont pas perdu leur emploi se sont inscrits à temps plein dans un établissement d’enseignement postsecondaire.

Chez les femmes, 3,1 pour cent des travailleuses mises à pied en 2008 se sont aussi inscrites pour étudier à temps plein dans un établissement d’enseignement postsecondaire, comparativement à 1,0 pour cent de celles qui n’avaient pas perdu leur emploi.

Par ailleurs, l’étude établit que les travailleurs de sexe masculin et féminin qui sont mis à pied sont plus susceptibles que les autres, dans une proportion de 2 à 4 points de pourcentage, de faire la transition aux études postsecondaires l’année de leur mise à pied ou l’année suivante.