Des travailleuses du secteur public attendent leur équité salariale depuis 2010

MONTRÉAL — Des travailleuses du secteur public ont profité de la journée du 8 mars pour adresser une lettre et une vidéo au gouvernement Legault, afin de lui rappeler qu’elles attendent leur versement d’équité salariale depuis 2010, dans certains cas.

Les quatre grands syndicats de la FTQ dans le secteur public, qui représentent des milliers de ces travailleuses oeuvrant dans la santé et l’éducation, ont adressé une lettre et une vidéo au premier ministre François Legault et à la présidente du Conseil du trésor, Sonia LeBel, dans le cadre de la Journée internationale des droits des femmes.

Des éducatrices, des agentes administratives, des auxiliaires aux services de santé et sociaux y tiennent une pancarte, indiquant qu’elles attendent depuis 2010 ou 2015 leur paiement d’équité salariale.

Cela concerne environ 100 000 travailleuses, si l’on additionne les plaintes d’équité salariale de 2010 et de 2015, a indiqué en entrevue lundi Mélanie Gougeon, responsable de la coordination de l’équité pour les quatre grands syndicats de la FTQ qui ont des membres dans le secteur public.

Et, pour chaque travailleuse, la somme due peut représenter des milliers de dollars, a-t-elle souligné.

«Nous, on veut qu’il arrête de juste dire merci. On veut qu’il paie nos gens comme il se doit. Ces gens-là tiennent les réseaux de la santé et de l’éducation dans le cadre de la pandémie. Ce sont deux secteurs qui ont été malmenés par tous les gouvernements, au cours des dernières années. Il est temps d’arrêter de juste dire merci et de les reconnaître, une fois pour toutes», s’est exclamée Mme Gougeon.

En vertu de la Loi sur l’équité salariale, un travailleur ou une travailleuse qui occupe un emploi typiquement féminin doit recevoir un salaire égal à celui d’une personne qui occupe un emploi typiquement masculin de valeur équivalente, explique la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail.

Pour ce faire, les emplois doivent être évalués. Puis on doit s’assurer du maintien de l’équité à tous les cinq ans — d’où les échéances de 2010 et 2015 — puisque des modifications peuvent survenir, au fil des ans (des exigences de formation accrue, par exemple).

Ces quatre grands syndicats affiliés à la FTQ sont le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), le Syndicat québécois des employés de service (SQEES), le Syndicat des employés professionnels et de bureau (SEPB) et l’Union des employés de service UES-800.

Laisser un commentaire