Des villes annulent les festivités du 1er juillet, pour réfléchir sur les pensionnats

Plusieurs municipalités du Nouveau-Brunswick annulent cette année les célébrations de la fête du Canada, à la lumière de la découverte de centaines de tombes anonymes dans d’anciens pensionnats fédéraux pour Autochtones en Saskatchewan et en Colombie-Britannique.

Les municipalités de Fredericton, Bathurst, Saint-Jean et Cap-Pélé, notamment, ont choisi d’abandonner les traditionnelles festivités, au profit de ce que plusieurs appellent une «journée de réflexion».

La Ville de Fredericton a expliqué plus tôt cette semaine que le comité de la fête du Canada de cette ville avait déjà annulé certaines activités en raison de la pandémie de COVID-19, mais a maintenant décidé de tout annuler. 

Au lieu de cela, l’hôtel de ville sera illuminé en orange et la Ville exhorte les citoyens à réfléchir cette journée-là sur la meilleure façon d’oeuvrer à la réconciliation avec les communautés autochtones. 

La couleur orange a été associée aux efforts visant à se souvenir du drame des pensionnats fédéraux pour Autochtones. 

À Moncton, une porte-parole de la Ville a précisé que les autorités avaient déjà décidé en mars dernier d’annuler les principales célébrations de la fête du Canada cette année, en raison de la pandémie. La Ville estime que la pandémie et la découverte des lieux de sépulture non marqués en font un bon moment pour réfléchir sur l’histoire du Canada et sur la façon de construire un avenir meilleur, a indiqué Isabelle Leblanc.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.