Des visas gérés par une société appartenant à la police chinoise

OTTAWA — Le ministre de la Sécurité publique, Bill Blair, a déclaré qu’il suppose que les agences de sécurité fédérales ont approuvé un accord pour permettre à une entreprise appartenant à un corps de police chinois de gérer le centre de demande de visa du Canada à Beijing.

Bill Blair a déclaré qu’il ne peut faire que des hypothèses parce que l’arrangement a été fait en 2008, sous le gouvernement conservateur précédent.

Pourtant, il a déclaré avoir été assuré par Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC) que les renseignements personnels fournis par les demandeurs de visa sont en sécurité.

Il a affirmé que les informations sont traitées conformément aux lois canadiennes sur la protection de la vie privée, qu’aucune application ou donnée collectée de façon biométrique ne sont stockées au centre et que toutes les bases de données contenant des renseignements personnels sont situées au Canada.

Des questions ont été soulevées à propos du centre qui émet les visas depuis que le Globe and Mail a rapporté plus tôt ce mois-ci que ses activités avaient été sous-traitées à la Beijing Shuangxiong Foreign Service Company, qui appartient au Bureau municipal de la sécurité publique de Beijing.

Les députés de l’opposition ont interrogé Bill Blair sur la possibilité que les informations personnelles des demandeurs de visa puissent être transmises au gouvernement chinois et avoir des répercussions négatives, en particulier pour les dissidents qui tentent de fuir le régime communiste répressif du pays.

Le député du Bloc québécois Stéphane Bergeron et le député néo-démocrate Jack Harris ont pressé le ministre Blair d’expliquer laquelle des agences de sécurité nationale du Canada avait signé le contrat de sous-traitance avec la police chinoise.

«J’ai du mal à répondre franchement à votre question, M. Harris, sur les origines de ce contrat», a déclaré Bill Blair jeudi au comité spécial sur les relations Canada-Chine.

«Il a été signé en 2008. Il est donc en place depuis 12 ans maintenant et donc son origine et qui a autorisé ce contrat est antérieure à moi ou à mon gouvernement et franchement à ma connaissance.»

Bill Blair a déclaré qu’il existe des «processus d’approvisionnement habituel» pour la sous-traitance des services et il suppose qu’ils ont été suivis dans ce cas.

«Je veux m’assurer que c’est clair. Je ne peux que supposer que ces processus ont en fait été suivis parce qu’ils ont eu lieu il y a 12 ans.»

«Ce n’est pas très réconfortant, je dois dire», a répondu Jack Harris.

Bill Blair a reconnu qu’IRCC n’est pas une agence de sécurité, mais il a dit qu’il dispose d’un département spécialisé en technologie de l’information qui a donné l’assurance que les renseignements sur les visas sont sécurisés.

Il a déclaré que des inspections et des audits sont régulièrement menés pour s’assurer qu’il n’y a pas de violation de la confidentialité des informations sensibles et qu’il n’y a eu aucune preuve d’un problème.

Laisser un commentaire