Destruction de la forêt amazonienne: le président brésilien réplique à Joe Biden

SAO PAULO — Le président brésilien Jair Bolsonaro s’en est pris mercredi au candidat à la présidentielle américaine Joe Biden pour avoir dit que le Brésil devrait subir des «conséquences économiques importantes» si la dévastation de la forêt amazonienne se poursuit.

Le démocrate a déclaré lors du débat de mardi soir avec le président Donald Trump, un allié de M. Bolsonaro, que la communauté internationale devrait donner au Brésil 20 milliards de dollars pour faire cesser la déforestation de l’Amazonie, et qu’en cas d’échec, des conséquences économiques devraient s’ensuivre.

Le président brésilien fait la promotion du développement économique de la région considérée comme le «poumon de la planète», suscitant la condamnation des écologistes, des climatologues et de nombreux dirigeants étrangers qui affirment que la forêt amazonienne est un important puits de carbone et doit rester intacte pour lutter contre les changements climatiques.

«La cupidité de certains pays sur l’Amazonie est une réalité», a écrit M. Bolsonaro sur Twitter. «Mais la confirmation de quelqu’un qui se bat pour le commandement de son pays indique clairement qu’il veut renoncer à une coexistence cordiale et profitable.»

M. Bolsonaro a accusé à plusieurs reprises des forces impérialistes non précisées de tenter de s’emparer de l’Amazonie, ce qui rappelle la rhétorique de la dictature militaire de 1964-1985.

Le président brésilien a également jugé que les commentaires de Joe Biden étaient «regrettables», «désastreux» et «gratuits». Alors que les tweets originaux de M. Bolsonaro en portugais nommaient correctement le candidat démocrate, la traduction anglaise fournie par son bureau faisait référence à «M. John Biden».

«Ce que certains n’ont pas encore compris, c’est que le Brésil a changé», a déclaré M. Bolsonaro. «Son président, contrairement aux présidents de gauche du passé, n’accepte pas les pots-de-vin, la délimitation criminelle des terres ou les menaces lâches envers notre intégrité territoriale et économique. Notre souveraineté n’est pas négociable.»

Un sommet en 14 ans

Au cours du débat de mardi, M. Biden a déclaré que les forêts tropicales du Brésil étaient en train d’être détruites.

«Je rassemblerais et veillerais à ce que les pays du monde réunissent 20 milliards de dollars et disent: « Voici 20 milliards de dollars, arrêtez de détruire la forêt. Et si vous ne le faites pas, vous aurez des conséquences économiques importantes. »»

Les données officielles préliminaires publiées le 7 août indiquent que la déforestation dans la région amazonienne du Brésil au cours des 12 derniers mois pourrait atteindre un sommet en 14 ans. L’Amazonie brésilienne a perdu 9205 kilomètres carrés de végétation au cours des 12 mois se terminant en juillet, selon les données de l’agence spatiale brésilienne.

Selon Maurício Santoro, professeur de sciences politiques à l’Université d’État de Rio de Janeiro, les déclarations du président brésilien montrent que «la relation de M. Bolsonaro est avec M. Trump, pas avec les États-Unis». Il a estimé que l’isolement international du dirigeant brésilien pourrait s’aggraver si Joe Biden remportait la présidence.

«Si le Brésil veut maintenir de bonnes relations avec une administration Biden, il devra faire de nombreuses concessions dans le domaine environnemental, renforcer l’application de la loi sur la déforestation, les incendies de forêt et montrer qu’il prend les critiques au sérieux», a dit M. Santoro.

Vitoria Saddi, professeure d’économie à l’Université Insper de Sao Paulo, croit que M. Bolsonaro devrait s’inquiéter de la proposition de M. Biden. «Les États-Unis le font déjà (imposer des sanctions) contre la Chine pour un manque de surveillance environnementale. Les problèmes de l’Amazonie sont encore plus grands», a-t-elle souligné.

Laisser un commentaire
Les plus populaires