Deux adolescents accusés de meurtre ne pourront communiquer entre eux

MONTRÉAL — Les deux adolescents de 17 ans qui sont soupçonnés d’avoir tué un garçon du même âge, la semaine dernière à L’Île-des-Soeurs, dans l’arrondissement Verdun, dans le sud-ouest de Montréal, ne pourront plus communiquer entre eux d’ici à ce que leur procès soit tenu.

Cette ordonnance a été prononcée mercredi par le tribunal, alors que ces deux accusés, qui sont détenus en centre jeunesse, étaient de retour devant un juge. La Couronne veut ainsi éviter que les deux jeunes puissent s’entendre sur une version des faits.

Du côté de la défense, on pourrait bientôt demander au tribunal de permettre aux deux accusés d’être libérés, d’ici à ce qu’ils soient jugés. Me Danièle Roy, qui représente l’un des accusés, a fait valoir qu’il arrivait fréquemment que des gens soient remis en liberté, même s’ils sont accusés de crime grave, à condition que ce soit accompagné de conditions sévères et de garanties appropriées.

Les deux adolescents, un garçon et une fille, avaient été arrêtés le mercredi 14 novembre relativement à la découverte, deux jours plus tôt, du cadavre de la victime. Ils ont été accusés le même jour de meurtre non prémédité en Chambre de la jeunesse, à Montréal.

Selon les informations divulguées par le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), la victime a été agressée au bas du corps avec une arme blanche. Le cadavre de la victime avait été localisé dans le secteur boisé du Domaine Saint-Paul, près de la rue de Gaspé, dans un secteur résidentiel de L’Île-des-Soeurs.

Les plus populaires