Deux Américains sont secourus après dix jours perdus en mer

NEW YORK — Deux marins qui ont dérivé pendant dix jours et des centaines de kilomètres dans l’océan Atlantique après que leur voilier ait été lourdement endommagé par une tempête au large des côtes de la Caroline du Nord ont remercié l’équipage du navire-citerne qui les a secourus.

Fraîchement arrivés à New York après leur aventure, Kevin Hyde et Joe DiTomasso ont décrit comment ils ont chevauché des vagues géantes après que le vent ait arraché le mât de leur embarcation. Ils ont ensuite manqué d’eau pendant que le courant les emmenait de plus en plus loin dans l’Atlantique-Nord.

«Vous ne savez pas à quoi ça ressemble une vague de 12 mètres, a dit M. DiTomasso, qui a 76 ans. Quelle est la hauteur de cet édifice? Quelle est la hauteur du toit?»

Les marins se sont débarrassés de leur mât, ce qui a permis à leur voilier et à sa quille lestée d’affronter les vagues sans se renverser. «Ce bateau pouvait le prendre, mais pas nous. Nous étions finis», a dit M. DiTomasso.

Le cauchemar a commencé à mi-chemin d’un périple entre Cape May, au New Jersey, et les Keys, en Floride.

Après avoir appareillé en compagnie de leur chien le 27 novembre, ils se sont rendus sans problème jusqu’en Caroline du Nord. La tempête a frappé près des Outer Banks le 3 décembre.

M. Hyde, qui a 65 ans, a précisé que tout allait bien et qu’ils s’approchaient de Cape Hatteras quand les intempéries ont commencé à les faire dériver, avant de finalement arracher le mât du Atrevida II. Le bateau a aussi manqué d’électricité et de carburant.

«Alors à ce moment, on était simplement poussés de plus en plus loin en mer», a-t-il dit.

Les deux hommes n’avaient que peu de nourriture et ils ont manqué d’eau.

«Nous n’avons pas eu d’eau pendant deux jours, a dit M. DiTomasso. Mais j’avais acheté des fèves (…) et elles trempaient dans l’eau. Donc on prenait des petites gorgées de temps en temps.»

La Garde côtière des États-Unis a été informée dimanche que les deux marins n’étaient pas arrivés au moment prévu. Une vaste opération de recherche a été lancée entre la Floride et le New Jersey.

Mais c’est l’équipage du Silver Muna, un navire-citerne parti des Pays-Bas pour New York, qui a aperçu mardi l’Atrevida II, à environ 345 kilomètres à l’est du Delaware.

M. Hyde a expliqué qu’il faisait clignoter une lumière en dérivant dans l’espoir d’attirer l’attention de quelqu’un. «Par une chance étrange», a-t-il dit, un membre de l’équipage du Silver Muna a remarqué quelque chose d’anormal et a sonné l’alerte. Le capitaine du navire a lancé des recherches.

«Si on regarde la taille de ce navire et la taille de l’océan et qu’on les compare à cette coquille de noix dans laquelle on flottait… C’est grâce à la diligence de l’équipage. Leur formation a porté des fruits», a dit M. Hyde.

Les deux hommes sont arrivés à New York un peu plus tard. On s’attend à ce qu’ils se remettent complètement de leur épopée.

M. DiTomasso a confié qu’il n’a plus l’intention de perdre la terre ferme de vue.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.