Deux autres premières nations Mi’kmaq signent un accord de pêche avec Ottawa

HALIFAX — Deux autres premières nations Mi’kmaq ont négocié des ententes de pêches au homard avec Ottawa selon lesquelles ils pourront mettre à l’eau 3500 casiers au large de la côte sud-ouest de la Nouvelle-Écosse durant la période prévue par la législation fédérale.

Dans un communiqué de presse publié mercredi, le gouvernement fédéral annonce avoir conclu un arrangement provisoire avec les Premières Nations de Bear River et de la vallée de l’Annapolis selon laquelle ils pourront installer jusqu’à 70 casiers par pêcheur et de permettre la vente du homard.

Ces ententes surviennent dans la foulée d’accords similaires signés en juin avec la Première nation de Potlotek, au Cap-Breton, qui permet à cette communauté d’installer 700 casiers.

Les deux nouvelles ententes visent les zones de pêche au homard 33, 34 et 35.

Par ailleurs, les Premières Nations Acadia et Glooscap ont aussi pris part aux discussions et pourraient aussi participer à la saison de pêche cette année.

Des tensions persistent toutefois entre Ottawa et les pêcheurs de la Première nation de Sipekne’katik qui dénoncent le fait que des agents fédéraux aient saisi les casiers de pêche mis à l’eau dans le cadre d’une pêche autogérée.

La saison de pêche commerciale dans la zone 35 s’ouvre jeudi et s’étire jusqu’à la fin de l’année. Elle reprend ensuite le 28 février et se poursuit jusqu’au milieu de l’été. Dans le cas des zones 33 et 34, elle aura lieu du 29 novembre prochain au 31 mai 2022.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.