Deux constables subissent leur procès pour la mort d’un détenu à Halifax

HALIFAX — Un constable spécial accusé de négligence criminelle ayant causé la mort d’un détenu dans une prison de Halifax a soutenu mardi qu’il ne se croyait pas obligé d’entrer dans la cellule pour vérifier comment allait l’homme fortement intoxiqué.

Les policiers Daniel Fraser et Cheryl Gardner subissent leur procès pour négligence criminelle ayant causé la mort de Corey Rogers, le 16 juin 2016.

L’agent Fraser a déclaré mardi, en Cour suprême de la Nouvelle-Écosse, qu’il savait que M. Rogers était en état d’ébriété et ne pouvait pas répondre aux questions. Mais il ne considérait pas que le détenu était «à haut risque» et il n’avait donc pas besoin d’entrer dans la cellule pour le toucher.

Le jury a visionné une vidéo dans laquelle on voit que la victime a des haut-le-coeur dans sa cellule, tandis qu’il porte un masque anti-crachats. Une autopsie a révélé que le détenu avait vomi dans le masque et s’était étouffé dans ses vomissures.

L’agent Fraser a soutenu mardi qu’il ne savait pas que le détenu portait le masque depuis plus de deux heures. Il soutient aussi qu’il n’a pas entendu un autre policier raconter que M. Rogers avait bu rapidement une demi-pinte de whisky avant d’être amené au poste.

Le constable spécial a soutenu qu’un supérieur lui avait confirmé qu’il lui suffisait d’entrer dans les cellules et de vérifier de près les détenus considérés «à haut risque». Or, il ne croyait pas que M. Rogers appartenait à cette catégorie.

Les plus populaires