Deux enquêtes lancées concernant les changements apportés à la Ceinture de verdure

TORONTO — Le commissaire à l’intégrité et la vérificatrice générale de l’Ontario ont tous deux annoncé mercredi qu’ils lanceront des enquêtes sur la décision du gouvernement Ford de permettre la construction de résidences sur des terrains protégés par la Ceinture de verdure de la province.

Le commissaire à l’intégrité ouvrira une enquête sur le ministre des Affaires municipales et du Logement, Steve Clark, à la suite d’une plainte de la nouvelle cheffe du NPD, Marit Stiles. Cette dernière a réclamé une enquête en raison du «moment curieux où de puissants propriétaires fonciers ayant des liens avec le Parti conservateur de l’Ontario ont acheté des terrains sur la Ceinture de verdure».

Mme Stiles a fondé sa demande sur des reportages publiés dans les médias selon lesquels certains développeurs ont acheté des terrains au cours des dernières années, même si M. Clark et le premier ministre Doug Ford avaient déclaré publiquement qu’il ne serait pas possible de faire du développement sur ces terres.

L’un des achats a eu lieu pas plus tard qu’au mois de septembre, soit deux mois avant que le ministre Clark annonce la possibilité de faire du développement sur certaines parties de la Ceinture de verdure.

«Le but est d’aller vérifier si oui ou non certaines choses ont été faites de manière incorrecte», a expliqué Mme Stiles lors d’une conférence de presse, mercredi.

«Ce sont de riches développeurs, des donateurs du Parti (progressiste) conservateur, donc nous voulons nous assurer qu’ils n’ont reçu aucune sorte d’avertissement spécial. Évidemment, le résultat du changement de cap du gouvernement va profiter et rapporter beaucoup d’argent à très peu de gens.»

Le ministre Clark a annoncé en novembre que le gouvernement retirerait des terres de 15 zones différentes de la Ceinture de verdure, une aire protégée, tout en ajoutant des acres ailleurs afin de permettre la construction de 50 000 maisons.

M. Clark et le premier ministre Ford ont tous deux nié avoir informé des promoteurs avant l’annonce publique.

Le ministre Clark attend d’ailleurs «avec impatience d’être innocenté de tout acte répréhensible à la fin de l’enquête», a affirmé son porte-parole dans un courriel transmis à La Presse Canadienne.

Front commun de l’opposition

Le commissaire à l’intégrité a refusé d’enquêter sur une plainte similaire du chef du Parti vert, Mike Schreiner, affirmant que la demande de Mme Stiles et «un affidavit détaillé» fournissaient «des motifs raisonnables» pour ouvrir une enquête.

Le commissaire J. David Wake a indiqué que lorsqu’ils ont eu la possibilité de répondre à la plainte de M. Schreiner, MM. Ford et Clark ont assuré que les terres spécifiques de la Ceinture de verdure qui allaient être ouvertes au développement avaient été sélectionnées par des fonctionnaires qui étaient soumis à un protocole de confidentialité très strict.

Mme Stiles, M. Schreiner et le chef libéral par intérim John Fraser avaient également écrit conjointement à la vérificatrice générale pour lui demander de procéder à une enquête concernant les changements apportés à la Ceinture de verdure. Bonnie Lysyk a confirmé mercredi dans une lettre aux trois politiciens qu’elle enquêterait sur ce sujet.

«Cet enjeu a attiré l’attention du public au cours des derniers mois et a été soulevé à plusieurs reprises pendant les périodes de questions à l’Assemblée législative», a souligné Mme Lysyk.

«Alors que les demandes des membres individuels de l’Assemblée législative et du public sont évaluées et prises en compte dans notre travail de vérification, une lettre nous demandant d’effectuer des travaux dans un domaine spécifique signée conjointement par les chefs de tous les partis d’opposition de l’Assemblée législative de l’Ontario est une demande de grande importance.»

Le gouvernement a assuré à Mme Lysyk qu’elle bénéficierait de son entière coopération. Les travaux d’audit doivent commencer dans les prochaines semaines.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.