Deux guépards nés au Parc Safari ont été transférés dans une réserve du Zimbabwe

MONTRÉAL — Deux guépards nés au Québec s’adaptent à leur nouvelle vie sous le soleil en Afrique dans le cadre d’un projet international visant à assurer l’avenir de l’espèce.

Kumbe et Jabari, deux frères, ont récemment fait un voyage de plusieurs jours du Parc Safari d’Hemmingford à la réserve faunique Imire, au Zimbabwe.

Les deux grands félins doivent passer 60 jours en quarantaine avant d’être relâchés dans la réserve de 4500 hectares. Ils commencent déjà à se comporter comme des animaux sauvages  — à la grande joie de Nathalie Santerre, la directrice zoologique du Parc Safari qui a aidé à les élever.

Mme Santerre raconte que dans les 24 heures qui ont suivi leur arrivée, les guépards avaient déjà appris à trouver un terrain plus élevé —  une habitude des animaux sauvages pour repérer des proies ou un danger —  et avaient montré un intérêt pour la chasse.

«Ils sont très attentifs à chaque petit bruit, à chaque petit mouvement», rapporte Mme Santerre.

Kumbe et Jabari sont nés au Parc Safari en 2019. Ils ont été sélectionnés pour le projet en fonction de leur force, de leur taille et de leur génétique.

On espère qu’ils finiront par engendrer leurs propres petits et aideront à restaurer la population de guépards sauvages du Zimbabwe, qui est tombée à moins de 200 animaux contre environ 1500 en 1975.

Selon le Parc Safari et l’Association des zoos et aquariums du Canada, Kumbe et Jabari sont les premiers guépards élevés au Canada à être relâchés en Afrique.

Mme Santerre dit que les deux félins ont été soigneusement élevés afin de leur donner les meilleures chances de prospérer dans la nature. Ils ont été gardés à la vue de leurs proies potentielles et alimentés avec des carcasses d’animaux pour leur apprendre à déchiqueter la nourriture.

Si l’instinct de chasse des félins est naturel et fort, comme peut en témoigner quiconque a vu un chat traquer une souris, Kumbe et Jabari ont été entraînés avec des leurres afin de développer leurs habiletés et leur endurance.

Il reste à voir si les guépards apprendront à se nourrir avec succès dans la nature, reconnaît Mme Santerre. Mais jusqu’à présent, a-t-elle ajouté, «les garçons» dépassent toutes les attentes. Ils chassent les petits animaux qui s’aventurent dans leur enclos et observent les plus grosses proies qu’ils peuvent voir de loin.

«On peut s’apercevoir qu’ils ont envie de sortir dans ces plaines et de commencer à courir», ajoute-t-elle.

Les guépards seront équipés de colliers GPS et surveillés par des gardes pendant la première année afin de s’assurer qu’ils mangent et trouvent de l’eau.

Selon une biologiste de la Fédération canadienne de la faune, le «ré-ensauvagement» est le processus de réintroduction d’animaux dans une zone où leur espèce vit dans l’espoir de rétablir sa population.

Carolyn Callaghan dit que le transfert des guépards du Québec vers l’Afrique — grâce à un partenariat entre le Parc Safari, la Fondation Aspinall et la réserve Imire — est un exemple de l’effort international de plus en plus nécessaire pour sauver les animaux vulnérables. Le partenariat reflète également le nouveau rôle des zoos, souligne-t-elle. Ces derniers ne présentent plus seulement des animaux en captivité, mais contribuent au repeuplement des espèces en voie de disparition.

Les programmes d’élevage des zoos jouent un rôle important pour garantir que les espèces en péril maintiennent autant de diversité génétique que possible pour maintenir les populations en bonne santé.

«Présenter aux gens des animaux sauvages captifs demeure l’un des mandats [des zoos], mais cela s’est développé au-delà de ça, à un rôle de conservation de la génétique et de rétablissement de la population.»

Des espèces ont également été réintroduites avec succès au Canada, fait-elle savoir en citant l’exemple des marmottes de l’île de Vancouver, des bisons et des grues blanches.

Cependant, Mme Callaghan note que l’élevage en captivité et la ré-ensauvagement ne représentent qu’un pis-aller comparativement à la protection des animaux dans leurs habitats naturels.

Laisser un commentaire