Deux passagers québécois du Diamond Princess ont contracté le COVID-19

MONTRÉAL — Un couple québécois de Gatineau, passager à bord du navire de croisière Diamond Princess placé en quarantaine au Japon, est atteint du coronavirus, a indiqué samedi sa fille.

Chantal Ménard a dit lors d’une entrevue à La Presse canadienne que ses parents, Bernard et Diane Ménard, âgés respectivement de 75 et de 73 ans, l’avaient appelée vers 2h30, dans la nuit de vendredi à samedi, pour la mettre au courant de leur infortune.

«Ils ont reçu la visite d’un médecin dans leur cabine avec une lettre disant qu’ils avaient été déclarés positifs, a-t-elle raconté. Ils avaient une demi-heure pour se faire un sac et prendre une douche.»

Leur départ vers un hôpital militaire où ils seront placés en isolement a été retardé de quelques heures, a ajouté leur fille. En attendant, tous deux ont été confinés à leur cabine à bord du bateau, qui est placé en quarantaine depuis le 5 février dans un port au sud-ouest de Tokyo. Petite consolation, le couple ne sera pas séparé. «On a travaillé fort pour qu’ils puissent être ensemble parce que dans la lettre, ça disait qu’ils ne plaçaient pas nécessairement les couples et les familles ensemble. On a eu la promesse qu’ils seront placés ensemble, mais ils ne seront pas dans la même chambre.»

Mme Ménard a aussi dit que ses parents se sentaient faibles et fragiles. Tous deux souffrent de la fièvre tandis que la mère tousse un peu.

«Cela fait deux jours qu’ils restent couchés. Depuis quatre jours qu’ils ne s’alimentent pas bien, parce qu’ils ont beaucoup de misère avec la nourriture là-bas. Ce n’est pas la même nourriture qu’on servait pendant la croisière», a-t-elle mentionné.

Le plus étrange est que ses parents ne se doutaient pas qu’ils avaient contracté le COVID-19. «C’est comme si on pouvait l’avoir sans le savoir», a-t-elle ajouté.

La famille du couple est naturellement inquiète de l’état de santé du couple. «C’est très difficile. On est très inquiet. Ils sont âgés. Ils sont à l’autre bout de la planète. On est inquiet et on se sent impuissant», a souligné leur fille.

Bernard et Diane Ménard s’étaient embarqués le 4 janvier à Singapour pour une croisière en Asie. Ils devaient rester un mois sur le navire avant de débarquer dans un port japonais. Ils ont appris qu’ils devaient rester à bord du bateau la journée même de leur départ. «Les valises étaient faites et placées dans le corridor. Ils sont allés souper. À leur retour, les valises avaient été remises dans les chambres», a dit Chantal Ménard. 

Jusqu’à présent 15 passagers canadiens ont été déclarés positifs au COVID-19 à bord du navire. En tout, 285 personnes ont contracté le coronavirus sur le navire après la découverte de 67 nouveaux cas, samedi.

Le gouvernement fédéral a annoncé tard samedi que les Canadiens à bord du Diamond Princess pourront finalement être évacués à condition qu’ils ne présentent pas de symptômes. Les ressortissants infectés seront pour leur part transférés au système de santé japonais, où ils continueront à recevoir des services consulaires.

L’Agence de la santé publique a envoyé au Japon trois fonctionnaires, dont un médecin. Du personnel médical des forces armées et quatre membres de l’Équipe permanente de déploiement rapide ont également été dépêchés sur place.

Le coronavirus a affecté plus de 67 000 personnes autour du globe, la vaste majorité des cas étant recensés dans la province chinoise de Hubei.

Les plus populaires