Deux passeurs présumés en procès pour la mort du petit Alan Kurdi en Turquie

ANKARA, Turquie – Deux passeurs présumés se retrouvent devant la justice turque en lien avec la mort du petit Alan Kurdi, un réfugié syrien de trois ans dont le corps échoué sur une plage turque avait galvanisé l’opinion mondiale l’automne dernier.

Les deux hommes sont accusés d’avoir causé la mort du garçon et de quatre autres personnes.

Le procès des deux Syriens, Muwafaka Alabash et Asem Alfrhad, a débuté jeudi dans la ville de Bodrum, sur les rives de la mer Égée, en Turquie.

Les deux hommes sont passibles d’une peine pouvant aller jusqu’à 35 ans de prison s’ils sont reconnus coupables de trafic de personnes et d’avoir causé la mort de cinq personnes «par négligence délibérée».

Les deux suspects ont nié leur culpabilité dès l’ouverture de l’audience, jeudi. Ils ont accusé le père de l’enfant, Abdullah Kurdi, d’avoir organisé le voyage et d’avoir piloté l’embarcation. M. Kurdi vit maintenant au Kurdistan irakien.

La mère du petit Alan et son frère se sont aussi noyés en tentant de rejoindre l’île grecque de Kos à partir de Bodrum.

La tante de l’enfant, Tima Kurdi, a accueilli son autre frère Mohammad Kurdi, sa belle-soeur et leurs cinq enfants à Vancouver à la fin du mois de décembre.