Deux policiers congédiés pour avoir suggéré de s’en prendre à Ocasio-Cortez

GRETNA, La. — Deux policiers en banlieue de la Nouvelle-Orléans ont été congédiés, lundi, relativement à un message publié sur Facebook dans lequel l’un d’eux suggérait d’abattre la jeune représentante américaine Alexandria Ocasio-Cortez.

Le chef de la police de Gretna, Arthur Lawson, a annoncé les licenciements. Le policier Charlie Rispoli a perdu son poste pour avoir écrit que l’élue démocrate avait besoin d’une «cartouche (à fusil)», tandis que son collègue Angelo Varisco a été congédié pour avoir «aimé» le message.

M. Lawson s’est dit «très déçu» du comportement des policiers, surtout que le service de police offre de la formation aux agents sur les questions de diversité et d’utilisation des médias sociaux.

Une enquête interne avait été ouverte après que le chef de police eut été informé du message par le «The Times-Picayune/The New Orleans Advocate». Selon le quotidien local, M. Rispoli avait inclus dans son message une fausse nouvelle, selon laquelle Mme Ocasio-Cortez aurait affirmé que les «soldats étaient trop payés».

M. Lawson a indiqué que le message avait été retiré et que le service de police avait contacté Facebook pour vérifier si d’autres agents auraient été impliqués.

Les deux policiers congédiés ont coopéré à l’enquête, a affirmé le chef de police.

«Que ce soit une blague ou non, il était inapproprié de faire un tel commentaire, d’insinuer un acte violent contre un individu, contre un élu, contre un membre du Congrès américain», a-t-il soutenu.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

Commentaires
Laisser un commentaire