Deux proches de l’avocat de Trump arrêtés pour financement électoral frauduleux

WASHINGTON — Deux hommes d’affaires de la Floride liés à l’avocat personnel du président Donald Trump, Rudy Giuliani, ont été arrêtés pour financement électoral frauduleux relativement à un don de 325 000 $ US à un comité d’action politique appuyant la réélection de M. Trump.

Lev Parnas et Igor Fruman ont été arrêtés pour complot, fausses déclarations à la Commission électorale fédérale et falsification de documents.

MM. Parnas et Fruman ont été étroitement impliqués dans les efforts de M. Giuliani pour inciter le gouvernement ukrainien à enquêter sur les relations commerciales de l’ancien vice-président Joe Biden et de son fils Hunter dans l’ex-république soviétique.

Les documents montrent que MM. Parnas et Fruman ont utilisé des virements électroniques provenant d’une entreprise qu’ils contrôlent pour faire un don de 325 000 $ US au comité America First Action en 2018. Mais des documents rendus publics dans une procédure judiciaire montrent que l’entreprise identifiée comme ayant procédé à la transaction n’était pas la source véritable de l’argent.

L’Associated Press a tenté de joindre John Dowd, un avocat des deux hommes, pour l’inviter à commenter ces révélations, mais celui-ci a raccroché au nez du journaliste.

MM. Parnas et Fruman ont été arrêtés à l’aéroport international de Dulles. Deux autres hommes ont aussi été accusés dans cette affaire.

Selon l’acte d’accusation, Lev Parnas et Igor Fruman «cherchaient à défendre leurs intérêts financiers personnels et les intérêts politiques d’au moins un responsable ukrainien avec lequel ils travaillaient» et ont pris des mesures pour le dissimuler aux tiers, y compris aux créanciers. Ils auraient créé une société à responsabilité limitée, Global Energy Producers, et auraient «intentionnellement fait déclarer certaines contributions importantes sous le nom de GEP plutôt que sous leur propre nom», indique l’acte d’accusation.

Les procureurs affirment que les deux hommes ont faussement affirmé que les contributions provenaient d’une entreprise de gaz naturel liquéfié. D’après l’acte d’accusation, la société n’avait alors aucun revenu ni actif significatif.