Deux Russes et un Ukrainien coupables de meurtre pour l’écrasement du vol MH17

SCHIPHOL, Pays-Bas — Deux Russes et un Ukrainien ont été reconnus coupables in absentia et condamnés à la prison à vie par un tribunal néerlandais du meurtre des 298 personnes qui ont perdu la vie en 2014 dans l’écrasement du vol MH17 de Malaysia Airlines.

Un troisième Russe a quant à lui été acquitté, faute de preuves suffisantes.

Au terme d’un procès qui a duré plus de deux ans, le juge Hendrik Steenhuis a tranché que les preuves présentées par les procureurs ont démontré que l’avion Boeing 777 a bel et bien été abattu par un missile tiré par des rebelles ukrainiens pro-Moscou le 17 juillet 2014.

Aucun des accusés ne s’est présenté devant le tribunal lors de ce procès qui a commencé en mars 2020. Les suspects auront deux semaines pour porter le verdict en appel.

Les suspects n’étaient pas accusés d’avoir tiré le missile, mais plutôt d’avoir travaillé pour l’amener sur le terrain d’où il a été tiré. Ils étaient accusés d’avoir abattu l’avion et d’avoir tué toutes les personnes à bord — passagers et membres de l’équipage.

L’accusé le plus vieux est Igor Girkin, âgé de 51 ans, qui est un ancien colonel du Service fédéral de sécurité russe (FSB). Au moment de l’écrasement, il était ministre de la Défense et commandant des forces armées de la République populaire autoproclamée de Donetsk, la région d’où l’avion a été abattu. Girkin serait actuellement impliqué dans l’invasion russe en Ukraine.

Ses subordonnés Sergey Dubinskiy et Leonid Kharchenko, un Ukrainien qui, selon les procureurs, était commandant d’une unité de combat rebelle pro-russe, ont aussi été reconnus coupables.

Oleg Pulatovis, le seul des suspects qui a été acquitté, était représenté par des avocats de la défense lors du procès. Ils ont accusé les procureurs d’avoir fait preuve d’une «vision en tunnel» en fondant leur dossier sur les conclusions d’une enquête internationale sur l’accident, tout en ignorant les autres causes possibles.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.