Deux scrutins cruciaux pour le contrôle du Sénat auront lieu en janvier

En cas d’égalité au Sénat, c’est la vice-présidente élue, Kamela Harris, qui aurait le vote prépondérant.

WASHINGTON — Le contrôle du Sénat ne sera probablement pas décidé avant le 5 janvier lorsque se déroulent deux scrutins en Géorgie.

La fin de ce suspens permettra de déterminer l’équilibre des pouvoirs à Washington. Aucun des deux partis ne semble détenir une majorité au Sénat pour le moment.

À l’heure actuelle, le prochain Sénat compte 48 républicains et 48 démocrates après le scrutin de mardi. Si les sièges en Caroline du Nord et en Alaska demeurent indéterminés pour le moment, même si les républicains détiennent une bonne avance à ce stade. S’ils parviennent à conserver leur siège, ils seraient à court de la majorité.

En cas d’égalité au Sénat, c’est la vice-présidente élue, Kamela Harris, qui aurait le vote prépondérant.

Les enjeux seront élevés à l’occasion des élections en Géorgie au début de janvier. L’État est étroitement divisé. Joe Biden n’y détenait une avance de plus de 7000 voix sur Donald Trump.

Aucun démocrate n’a été au Sénat en Géorgie depuis une vingtaine d’années. Jusqu’à 500 millions $ pourraient être dépensés pour les deux courses, a indiqué un stratège.

«Maintenant, nous prenons la Géorgie, puis nous changeons l’Amérique», a lancé le leader démocrate du Sénat, Chuck Schumer à la foule célébrant la victoire de Joe Biden dans les rues de Brooklyn.

Si les démocrates devenaient majoritaires au Sénat, ils auraient une poigne solide sur les rênes du pouvoir, puisqu’ils contrôlent toujours la Chambre des représentants. Joe Biden aurait une plus grande latitude pour choisir les membres de son conseil des ministres et faire avancer son programme législatif au Congrès.

En cas contraire, le leader républicain Mitch McConnell, qui a été facilement réélu au Kentucky, pourra plus facilement freiner les ambitions de Joe Biden.

«Le Sénat est notre dernière ligue de défense», a écrit le Comité sénatorial national républicain après l’annonce de la victoire de M. Biden en Pennsylvanie, samedi. C’était en vue des deux scrutins en Géorgie.

Les deux élections sénatoriales nécessiteront un deuxième tour en Géorgie puisqu’aucun des candidats n’a obtenu au moins 50 % des voix.

Dans un premier scrutin, la sénatrice républicaine sortante Kelly Loeffler, affrontera le pasteur Rafael Warnock. Le second verra une confrontation entre le sénateur David Perdue, l’un des principaux alliés de Donald Trump, et le démocrate Jon Ossoff.

«Aujourd’hui plus que jamais, nous devons garder le Sénat entre les mains des républicains», a écrit Mme Loeffler, sur son compte Tweeter. Selon elle, Perdue et elle représentent «la dernière ligne de défense contre la gauche radicale».

Le camp Ossoff a diffusé une nouvelle publicité, détaillant un «chemin vers la guérison», faisant référence à la pandémie de COVID-19 et à ses effets économiques. Il appelle à suivre les conseils d’experts médicaux pour faire face au virus et à un plan d’infrastructure massif pour créer des emplois.

«Nous avons besoin de leaders qui nous rassemblent pour y parvenir», peut-on entendre dans la publicité.

Joe Biden est resté silencieux sur l’équilibre du Sénat pendant qu’il attendait l’annonce de sa victoire, mais il avait fait savoir son opinion avant le scrutin.

«Je ne peux pas vous dire à quel point il est important que nous contrôlions le Sénat des États-Unis. Il n’y a pas d’État plus important que la Géorgie dans ce combat», avait-il déclaré lors d’un rassemblement à Atlanta le 27 octobre.

Les républicains ne le contestent pas. «Tout est en jeu en Géorgie», souligne Steven Law, le président du Senate Leadership Fund, un groupe qui a beaucoup dépensé pour essayer de garder le contrôle du Sénat aux républicains.

La présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, a rappelé à ses collègues les enjeux des prochains scrutins.

«La façon dont nous le conduirons au cours des deux prochains mois affectera nos résultats en Géorgie», a rappelé Mme Pelosi. Elle a demandé à ses collègues d’être «respectueux».

Laisser un commentaire