Deux tiers des Canadiens qui réclamaient une évacuation quittent la Chine jeudi

OTTAWA — Environ les deux tiers des 347 Canadiens qui cherchaient à quitter la ville de Wuhan pour s’éloigner de l’épidémie de coronavirus étaient sur des vols en direction du Canada jeudi.

Le ministre des Affaires étrangères, François-Philippe Champagne, a confirmé qu’un second avion devra évacuer les citoyens canadiens laissés sur le sol chinois. Ce second vol est prévu pour le 10 février, attendu au Canada le lendemain.

«Avec le deuxième appareil canadien, on sera capable de ramener tout le monde», a assuré le ministre Champagne au cours d’une conférence de presse, jeudi après-midi à Ottawa.

Les personnes rapatriées jeudi devraient arriver à la base militaire de Trenton, dans le sud de l’Ontario, aux petites heures, vendredi matin. Une cinquantaine de Canadiens auront été évacués par un avion américain qui les déposera à Vancouver vendredi matin. De là, ils seront également transportés à Trenton.

L’avion canadien qui a décollé de Wuhan au milieu de l’après-midi de jeudi, heure d’Ottawa, attendait 211 personnes, inscrites sur son manifeste de vol.

Mais lorsque l’avion s’est envolé, il n’avait que 176 passagers à son bord, bien que 194 Canadiens avaient confirmé leur intention de se présenter à l’aéroport.

En fin de journée à Ottawa, le bureau du ministre Champagne ne pouvait pas encore expliquer chacune des absences, ni offrir le nombre exact de Canadiens à bord de l’avion américain, l’embarquement de celui-là n’étant pas encore terminé.

À leur arrivée au Canada, les évacués seront mis en quarantaine à la Base des Forces canadiennes de Trenton pendant deux semaines.

La ministre fédérale de la Santé, Patty Hajdu, devra peut-être prévoir un autre lieu de quarantaine le 11 février. Elle dit attendre de savoir combien de personnes seront rapatriées avant de retenir d’autres facilités que Trenton.

Wuhan est l’épicentre de l’épidémie de coronavirus, qui a maintenant rendu malades plus de 28 000 personnes et en a tué 563 en Chine.

Navires de croisière en quarantaine

Deux Canadiens qui se trouvaient sur un bateau de croisière mis en quarantaine au large du Japon ont contracté le virus. Le ministre Champagne rapporte que ces deux personnes ont été transférées à un hôpital japonais.

Ils sont 255 Canadiens à bord du Diamond Princess où quelque 3700 passagers et membres d’équipage sont coincés, retenus au large du port de Yokohama, au sud-ouest de Tokyo. 

«On est en contact avec la compagnie qui est propriétaire de ce navire et on travaille avec les autorités japonaises», a assuré le ministre Champagne. Certaines des personnes à bord réclament des médicaments pour d’autres soucis de santé.

Aux Communes, un député conservateur a soulevé le cas d’un couple de Gatineau dont la femme a besoin de médicaments pour le diabète.

Le ministre Champagne a dit examiner avec les autorités sanitaires japonaises ce qu’il est possible de faire et a maintenu que tous les Canadiens recevaient toute l’aide consulaire nécessaire.

Un second navire de croisière, au large de Hong Kong celui-là et également en quarantaine, a une trentaine de Canadiens à bord, selon le ministre.

Les plus populaires