Deuxième paire de bébés autochtones substitués à la naissance au Manitoba

NORWAY HOUSE, Man. – Une deuxième affaire de bébés substitués à la naissance aurait eu lieu au cours des années 1970 dans un hôpital fédéral desservant les nations cries du nord du Manitoba.

Selon des leaders autochtones, deux hommes devraient révéler publiquement vendredi qu’ils détiennent des preuves ADN de la méprise. Les deux hommes, nés en janvier 1975 à l’hôpital de la Première Nation crie de Norway House, vivent toujours dans cette communauté située à environ 450 kilomètres au nord de Winnipeg.

L’ancien ministre manitobain des Affaires autochtones Eric Robinson, qui collabore étroitement avec les familles des deux hommes, s’est dit outré et bouleversé, jeudi.

L’automne dernier, deux hommes de la Première Nation de Garden Hill ont aussi découvert qu’ils avaient été substitués à la naissance au même hôpital Norway House, la même année. Luke Monias et Norman Barkman étaient nés en juin 1975, et chacun avait été élevé ensuite par la famille de l’autre. Ils ont finalement appris la vérité quarante ans plus tard grâce à des tests d’ADN.

Dans le cas plus récent, M. Robinson a indiqué que des doutes subsistaient à Norway House sur la véritable identité des deux hommes, dont on ne connaît pas encore les noms — ils doivent tenir une conférence de presse vendredi.

Lorsque le premier cas a été divulgué, M. Robinson a demandé, avec d’autres, au gouvernement fédéral de mener une enquête, mais il semble que «l’affaire a été balayée sous le tapis», a soutenu l’ancien ministre néo-démocrate.

M. Robinson et le conseil de bande de Norway House réclament à nouveau une enquête. L’ex-ministre, lui-même né à Norway House, souhaite la nomination d’un enquêteur indépendant pour faire toute la lumière dans cette affaire et déterminer si d’autres substitutions ont pu avoir lieu à cet hôpital.