Diocèses de Québec et Trois-Rivières: la liste des agresseurs sexuels s’allonge

MONTRÉAL — Le dossier des agressions sexuelles reprochées aux membres des diocèses de Québec et de Trois-Rivières s’alourdit.

Après avoir obtenu les autorisations pour des actions collectives contre les deux diocèses, en mai et en juin derniers respectivement, le cabinet Arsenault, Dufresne, Wee Avocats a fait gonfler l’inacceptable avec le dépôt de nouveaux tableaux de victimes et d’agresseurs dans les deux diocèses.

Dans le cas de Québec, l’action collective qui regroupait 90 victimes au moment de l’autorisation en compte maintenant 134 qui affirment avoir été agressées par plus d’une centaine de prêtres ou de membres du personnel du Diocèse, certains de ces présumés agresseurs ayant fait plusieurs victimes. 

Parmi ceux-ci, on retrouve Clément Fecteau, ancien évêque auxiliaire de Québec et évêque de Sainte-Anne-de-la-Pocatière, et Jean-Pierre Blais, ancien évêque auxiliaire de Québec et actuel évêque de Baie-Comeau, tous deux dénoncés pour agressions sexuelles.

Dans ce dossier, les demandeurs reprochent notamment au Diocèse d’avoir exercé une contrainte morale, religieuse et psychologique sur eux en les incitant à ne pas dénoncer les agressions sexuelles et d’avoir étouffé ces affaires.

Ils lui reprochent également de ne pas avoir sévi contre les prêtres, comme le prévoit le droit canon, tout en sachant qu’ils avaient agressé des enfants.

Les victimes disent avoir subi des séquelles importantes, notamment de l’anxiété, de la dépression, de la colère, une faible estime de soi, des dysfonctions sexuelles, une tentative de suicide dans un cas et une consommation abusive d’alcool et de drogue dans l’autre.

Ils réclament chacun 300 000 $ en dommages-intérêts, 150 000 $ en pertes pécuniaires et 150 000 $ en dommages punitifs, pour un total de 600 000 $.

Cette action collective était la première visant un diocèse au complet pour des agressions sexuelles commises par des membres du clergé. Le territoire du Diocèse de Québec couvre la grande région de Québec, Chaudière-Appalaches, Charlevoix et la Beauce.

Trois-Rivières: onde de choc

Pour ce qui est du Diocèse de Trois-Rivières, le nombre de victimes alléguées a fait un bond, passant de 30 au moment où l’action collective a été autorisée, à 43 aujourd’hui. Ces victimes disent avoir été agressées par plus d’une vingtaine de prêtres ou membres du personnel du Diocèse, dont certains, comme l’abbé Bernard Saint-Onge, ont également fait plusieurs victimes.

Les nouveaux tableaux de victimes présentés par les avocats ont semé une onde de choc dans chez les Trifluviens, qui ont retrouvé dans la nouvelle liste des agresseurs présumés le prélat Claude Thompson, fondateur de l’École des Petits Chanteurs de Trois-Rivières et figure artistique bien connue de la capitale de la Mauricie.

Les demandeurs réclament exactement les mêmes montants que ceux de Québec, soit un total de 600 000 $.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.