Direction du PCU de l’Alberta: Travis Toews contre une idée de sa rivale Smith

EDMONTON — L’une des favorites à la course à la direction du Parti conservateur uni de l’Alberta, Danielle Smith, affirme que si elle remporte le leadership, elle présentera sans délai un projet de loi accordant à son gouvernement le pouvoir discrétionnaire de refuser d’appliquer les lois fédérales ou les décisions de justice jugées intrusives dans les droits provinciaux ou menaçantes pour les intérêts de l’Alberta.

La personne qui succédera à Jason Kenney à la tête des conservateurs prendra la tête du gouvernement jusqu’aux prochaines élections générales.

Danielle Smith croit qu’il est essentiel que l’Alberta mette fin rapidement aux intrusions fédérales dans des domaines tels que le développement énergétique et les mesures sanitaires liées à la pandémie de COVID-19.

Elle assure que sa loi sur la souveraineté serait invoquée au cas par cas et seulement après avoir obtenu le soutien des membres de l’Assemblée législative de l’Alberta lors d’un vote libre.

Travis Toews, un ancien ministre des Finances de l’Alberta qui est aussi candidat à la direction du Parti conservateur uni, se demande si un tel projet de loi serait adopté. Il favorise plutôt d’utiliser d’autres leviers pour lutter contre les intrusions fédérales, craignant que l’idée de sa rivale soit source de chaos juridique et économique.

«En ce moment, environ la moitié des députés conservateurs unis me soutiennent ouvertement. Et j’ai certainement entendu bon nombre d’entre eux s’inquiéter de l’approche de la loi sur la souveraineté de Mme Smith», a signalé Travis Toews.

Plus tôt cette semaine, l’actuel ministre conservateur des Finances, Jason Nixon, a déclaré aux journalistes qu’il doutait également que la loi trouve suffisamment de soutien parmi les élus. Il qualifie la proposition de Danielle Smith de fondamentalement illégale et inapplicable, de mauvaise pour les affaires et de politiquement problématique, parce qu’elle promet ce qui ne peut être accompli.

Travis Toews, qui partage ce point de vue, a ajouté « qu’un environnement où vous demandez aux entreprises et aux entreprises d’ignorer la loi fédérale n’est pas un environnement qui attire les investissements. » 

À son avis, les incertitudes et les inégalités s’aggraveraient si certaines entreprises décidaient de suivre l’exemple de la province et d’ignorer certaines lois et décisions de justice tandis que d’autres entreprises décidaient de les respecter. Cela a le potentiel de créer un chaos économique en Alberta », selon lui.

Travis Toews propose plutôt un plan en cinq points sur les relations fédérales, qui verrait la création d’un régime de retraite provincial, une force de police provinciale et une collaboration avec d’autres provinces pour créer un consensus afin de modifier la formule de péréquation et de transférer le pouvoir de taxation d’Ottawa vers les régions.

Il a déclaré que son gouvernement adopterait également une loi pour imposer des tarifs sur les biens et services ou les importations de régions spécifiques afin de contrer les règles et les politiques jugées injustes pour l’Alberta.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.