Discours de la victoire: Joe Biden promet l’unité plutôt que la division

WILMINGTON, Del. — Le nouveau président élu des États-Unis s’engage à être un président «qui ne cherche pas à diviser, mais à unifier».

Joe Biden a prononcé ses premières remarques en tant que président élu lors d’un rassemblement à Wilmington, au Delaware, après avoir été officiellement déclaré vainqueur de l’élection présidentielle samedi. Joe Biden a couru sur la scène vêtu d’un costume noir, d’un masque noir et d’une cravate bleu clair. Il a pointé la foule qui hurlait, rassemblée pour l’entendre parler.

Faisant écho à son discours de campagne, Joe Biden a promis d’être un président qui «ne voit ni les États rouges ni les États bleus, mais ne voit que les États-Unis», et a déclaré qu’il travaillerait de tout son cœur pour gagner la confiance de tous les Américains.

Joe Biden a vanté le fait qu’il a remporté plus de votes que n’importe quel ticket présidentiel de l’histoire, qualifiant sa victoire de «victoire convaincante, une victoire pour le peuple». Il a également déclaré qu’il était «surpris» en voyant les célébrations et une «effusion de joie» à la suite de sa victoire à l’échelle nationale.

Joe Biden a déclaré «qu’une fois de plus, l’Amérique a plié davantage l’arc de l’univers moral vers la justice.»

Priorité: lutte au coronavirus

Le président élu a profité de son discours de victoire pour annoncer qu’il dévoilera lundi la composition d’un groupe de scientifiques et d’experts pour l’aider à élaborer un plan pour lutter contre la pandémie de coronavirus.

Il a expliqué que ces conseillers l’aideront à mettre en oeuvre les propositions qu’il a faites au cours de la campagne pour faire face à la pandémie – qui comprennent des investissements dans des équipements de protection individuelle, des prêts pour les petites entreprises ainsi que des protocoles pour standardiser davantage les directives de santé publique.

Joe Biden a déclaré que son plan serait «basé sur la science» et «construit avec la compassion et l’empathie». Il a fait de la mauvaise gestion de la pandémie par le président Donald Trump un élément central de sa campagne et a promis que sa priorité absolue en tant que président serait de contrer le virus.

Joe Biden a ajouté que les Américains «ne peuvent pas réparer l’économie ou savourer les moments les plus précieux de la vie» sans que l’épidémie de COVID-19 soit sous contrôle.

Une allusion à Donald Trump

Alors que Donald Trump n’avait pas l’intention, samedi, de concéder la victoire à son adversaire, Joe Biden a tendu la main aux partisans du républicain.

«Il est temps de mettre de côté la rhétorique de fier-à-bras, il est temps d’abaisser la température, de se revoir, de s’écouter à nouveau» en ajoutant que les partisans de Donald Trump «ne sont pas nos ennemis. Ce sont des Américains.»

Joe Biden a ajouté: «j’ai perdu moi-même quelques fois, maintenant, donnons-nous une chance.»

Le vote afro-américain

L’ancien vice-président a tenu à remercier les Afro-Américains, qui sont sortis massivement voter pour lui.

« Encore une fois aujourd’hui, la communauté afro-américaine s’est levée pour moi », a lancé Joe Biden en frappant son poing sur son lutrin. « Vous m’avez toujours supporté, et je vais vous supporter à mon tour. »

Kamala Harris parle d’un «nouveau jour pour l’Amérique»

Kamala Harris, qui devient la nouvelle vice-présidente des États-Unis, a également livré un discours, juste avant que le président élu prenne la parole.

Kamala Harris a indiqué aux Américains qu’ils avaient voté pour «l’espoir, l’unité, la décence, la science et la vérité».

La vice-présidente élue a proclamé que les électeurs avaient «inauguré un nouveau jour pour l’Amérique» en choisissant Joe Biden comme 46e président des États-Unis.

« Joe est un guérisseur, un rassembleur, un homme sur qui nous pouvons compter, une personne dont l’expérience lui donne la motivation d’atteindre ses buts», a lancé celle qui a vécu à Montréal pendant son adolescence.

Mme Harris sera la première femme, mais aussi la première afro-américaine à occuper cette fonction.

«Même si je suis la première femme à occuper cette fonction, je ne serai pas la dernière», s’est-elle exclamée, ajoutant qu’il était permis aux jeunes filles du pays de rêver.

Elle a débuté son allocution en citant les paroles du défunt représentant au Congrès John Lewis, une figure importante dans la lutte pour les droits civiques, qui rappelait que la démocratie n’est pas un état, mais bien un acte.

Elle a également remercié les Américains qui ont assuré le dépouillement du vote dans les derniers jours.

« Vous avez protégé l’intégrité de notre démocratie », a-t-elle lancé au personnel du système électoral.

Des milliers de voitures avaient rempli le stationnement du palais des congrès de Wilmington au Delaware pour permettre à des milliers de partisans démocrates d’assister au discours de victoire du président élu Joe Biden et de sa colistière.

Avec une température plutôt clémente samedi soir, ils étaient plus de 1000 à écouter les discours assis sur le capot de leur voiture ou rassemblés en petits groupes dans des espaces libres. Plusieurs partisans portaient à bout de bras des drapeaux américains et des affiches de campagne du duo Biden-Harris.

L’odeur des grillades se répandait dans l’air, rappelant des airs d’un match de football. L’ambiance était festive et plusieurs partisans dansaient et chantaient. La forte majorité des personnes présentes portaient leur couvre-visage.

L’équipe de campagne de M. Biden avait installé une scène décorée avec plusieurs drapeaux américains, et un drapeau d’une hauteur équivalente à 10 étages était projeté sur la façade d’un hôtel situé tout près de la scène. Des lumières rouges et bleues illuminaient des drapeaux de l’État accrochés au toit d’un immeuble à proximité.

.

Laisser un commentaire