Disparition de Mélissa Blais: le travail des plongeurs n’a rien donné de nouveau

LOUISEVILLE, Qc — La Sûreté du Québec (SQ) a envoyé des plongeurs dans une rivière qui sillonne le territoire de Louiseville, en Mauricie, mercredi, dans l’espoir de trouver des indices qui pourraient permettre de retrouver Mélissa Blais, une femme qui a mystérieusement disparu dans cette région il y a près de huit mois.

Il s’agit de la Petite rivière du Loup, d’une longueur d’une trentaine de kilomètres, un affluent de la rivière du Loup qui se jette dans le lac Saint-Pierre, à quelques kilomètres au sud du centre-ville de Louiseville, là où Mme Blais a été vue pour la dernière fois.

Mélissa Blais, une mère de famille dans la mi-trentaine, avait quitté son domicile dans la soirée du 1er novembre à la suite d’une dispute mineure avec son conjoint. Elle s’était ensuite rendue dans au moins trois bars du secteur avant de quitter le dernier peu après 2 h, le lendemain matin.

L’automobile de l’agente immobilière, une Toyota Corolla de couleur noire de l’année 2011, n’a pas été retrouvée non plus.

Au cours des dernières semaines, des recherches par hélicoptère et par véhicule tout-terrain (VTT) ont été menées dans la région.

«Au cours des prochaines semaines, il risque d’y avoir de façon sporadique d’autres recherches. Cette femme-là est disparue depuis le mois de novembre, c’est un dossier qui est encore actif, sur lequel on travaille. Il faut regarder ce qu’on peut faire d’autre, différemment», a indiqué en entrevue la sergente Éloïse Cossette, porte-parole de la SQ.

Mercredi, les plongeurs n’ont rien trouvé de «significatif», a affirmé Mme Cossette.

«Ce n’est pas très profond — ce n’est pas possible qu’un véhicule se soit retrouvé là. Les plongeurs ont utilisé un détecteur de métal pour vérifier si on pouvait retrouver des objets, comme des effets personnels de Mélissa Blais», a indiqué la porte-parole.

«Il y a un travail aussi de vérification au niveau des berges, qui risque d’être effectué au cours des prochaines semaines par des policiers hors de l’eau», a-t-elle ajouté.

Mercredi dernier, des enquêteurs de l’escouade des crimes majeurs de la SQ ont tenu un poste de commandement mobile à Louiseville pour accueillir les gens qui pourraient les aider à faire progresser les recherches.

L’enquête sur la disparition se poursuit, et aucune hypothèse n’est écartée.

Les plus populaires