Dix ans après le séisme en Haïti, les Montréalais sont toujours solidaires

MONTRÉAL — Deux journées d’activités de commémoration ont été organisées à Montréal, dix ans après le tremblement de terre du 12 janvier 2010 en Haïti qui a fait plus de 200 000 morts et 300 000 blessés.

Le séisme a laissé plus d’un million de sans-abri dans la capitale Port-au-Prince et les conséquences de ce dévastateur tremblement de terre de magnitude 7 se font encore ressentir aujourd’hui.

À Montréal, l’initiative de la Maison d’Haïti se veut avant tout un symbole de réflexion, d’espoir et de solidarité avec les survivants et la communauté haïtienne.

«On va s’occuper des vivants d’abord. C’est la raison pour laquelle il y a ces deux jours de réflexion», a affirmé la directrice générale de la Maison d’Haïti, Marjorie Villefranche, en entrevue à La Presse canadienne.

L’ambiance risque toutefois d’être lourde, même dix ans plus tard, et il y aura une pensée toute spéciale pour les victimes de cette tragédie.

«Imaginez, ce sont des disparus qui n’ont pas eu de sépulture, qui n’ont pas eu d’enterrement. Ce sont des centaines de milliers de personnes qu’on a mis dans des fausses communes parce qu’il fallait agir vite pour des raisons d’hygiène, enlever les cadavres dans les rues», rappelle Mme Villefranche.

« Il y a 200 000 personnes pour qui on n’a pas chanté pour leur dire au revoir, qu’on n’a pas nommées. Je pense que c’est important de faire cette commémoration parce qu’il faut aussi rendre hommage aux personnes disparues», précise la directrice générale de la Maison d’Haïti.

Une quarantaine de groupes, organismes et artistes participent jusqu’à 18h 00 dimanche aux différents ateliers, conférences, projections de films documentaires et tables rondes. Selon Mme Villefranche, tout est tourné vers ce qui se passe en Haïti.

«Ce sont des groupes qui travaillent en Haïti et qui travaillent au développement du pays avec la société civile. Ils vont exposer le travail qu’ils font et surtout comment on continue ce travail, à reconstruire le pays.»

L’ensemble des activités de commémoration sont accessibles gratuitement sur le site de la TOHU, situé en plein coeur de la communauté haïtienne de Montréal dans l’arrondissement Villeray—Saint-Michel—Parc-Extension.

La dernière initiative du genre remontait à il y a cinq ans, et avait attiré 2000 visiteurs sur trois jours. Tout comme aujourd’hui, la Maison d’Haïti s’était associée à la Tohu pour la tenue des activités de commémoration.

Des 165 095 personnes d’origine haïtienne établies au Canada, selon le recensement de 2016, 143 665 sont installées au Québec.