Don de sang par des hommes gais: un élu conservateur fustige la ministre de la Santé

OTTAWA — Eric Duncan, le premier député conservateur ouvertement gai, a fustigé la ministre fédérale de la Santé, jeudi, pour l’échec des libéraux à mettre fin à l’interdiction des dons de sang par les hommes homosexuels.

Dans un échange tendu et chargé d’émotion lors d’une audience à la Chambre des communes, en fin de journée, Eric Duncan a demandé à plusieurs reprises à Patty Hajdu si elle accepterait un don de sang de sa part.

La ministre ne lui a pas répondu directement et a plutôt évoqué les efforts en cours pour mettre fin à l’inadmissibilité des donneurs ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes.

L’interdiction, mise en oeuvre en 1992, a été assouplie en 2013 pour ceux qui s’abstenaient d’avoir des relations sexuelles avec des partenaires du même sexe pendant au moins cinq ans. Cette période est passée à un an en 2016, puis à trois mois en 2019.

Les libéraux avaient toutefois promis de carrément abolir l’interdiction en 2015 et en 2019.

M. Duncan a relevé le besoin criant de dons de sang en cette deuxième vague de COVID-19.

«Je veux donner et faire une différence, mais je ne peux pas parce que je suis gai», a-t-il décrié. «En 2020, pourquoi?»

La ministre Hajdu a fait valoir que la Société canadienne du sang et Héma-Québec sont des organisations indépendantes du gouvernement qui doivent mener suffisamment de recherches pour complètement mettre fin à cette restriction. Et elles ont été financées par le gouvernement pour le faire, a-t-elle souligné.

M. Duncan lui a reproché de se cacher derrière des bureaucrates.

«Elle n’a eu aucun problème en campagne électorale à dire aux homosexuels que ce serait terminé», a-t-il lancé.

Dès que les organisations soumettront leurs recommandations sur la façon de lever l’interdiction, elles seront examinées et des changements seront apportés, a assuré la ministre.

«Je pense que l’interdiction doit prendre fin», a-t-elle déclaré.

Laisser un commentaire