Donald Trump accorde un pardon à Paul Manafort et au père de son gendre

WASHINGTON — Le président sortant des États-Unis, Donald Trump, a accordé mercredi des pardons et des commutations de peine à 29 personnes, dont l’ancien directeur de sa campagne présidentielle Paul Manafort, son allié Roger Stone et Charles Kushner, le père de son gendre. 

Le président a donc accordé la clémence par le biais de pardons ou de commutations de peine à 49 personnes au cours des deux derniers jours. 

Les pardons sont courants dans la dernière ligne droite du mandat d’un président, mais Donald Trump a prouvé qu’il était déterminé à utiliser son pouvoir de clémence non seulement pour récompenser ses alliés, mais aussi pour soutenir les causes des condamnés défendus par ses amis.

Les grâces accordées à Paul Manafort et à Roger Stone, qui avait vu sa peine être commuée il y a quelques mois par M. Trump, soulignent la détermination du président à utiliser le pouvoir de son poste pour venir en aide à ses associés qui ont été condamnés dans la foulée de l’enquête de Robert Mueller sur l’ingérence russe dans l’élection présidentielle de 2016. 

Donald Trump a donc maintenant gracié quatre personnes reconnues coupables dans cette enquête, dont l’ancien conseiller à la sécurité nationale Michael Flynn et le conseiller de campagne George Papadopoulos, qui avaient plaidé coupables d’avoir menti au FBI.  

Paul Manafort avait été condamné à plus de sept ans de prison pour des crimes financiers liés à son travail en Ukraine et figurait parmi les premières personnes inculpées dans le cadre de l’enquête de Robert Mueller sur les liens entre la campagne Trump et la Russie.  

Il a été placé en détention à domicile en mai dernier en raison d’éclosions de COVID-19 dans des établissements carcéraux fédéraux.  

Même si les accusations portées contre Paul Manafort n’étaient pas reliées au mandat principal de l’enquête de Robert Mueller,  les liens possibles entre la campagne de Trump et la Russie pour faire basculer les élections, il a néanmoins été une figure centrale de l’enquête. Sa relation étroite avec un homme que des responsables américains ont lié aux services de renseignement russes, et avec qui il a partagé des données de sondage de campagne interne, a suscité un examen particulier au cours de l’enquête, bien que Robert Mueller n’a accusé aucun associé de Donald Trump de complot avec la Russie.

Paul Manafort a remercié Donald Trump et a fait son éloge dans un gazouillis, affirmant que l’Histoire montrerait qu’il en avait accompli davantage que n’importe lequel de ses prédécesseurs.  

Donald Trump n’a pas pardonné à l’adjoint de Paul Manafort, Rick Gates, qui a été condamné l’année dernière à 45 jours de prison et qui avait largement coopéré avec les procureurs.

Il n’a pas pardonné non plus à son ancien avocat Michael Cohen, qui a plaidé coupable d’avoir enfreint des lois fédérales  liés au financement de campagnes électorales, relativement à des sommes versées à deux femmes affirmant avoir eu une liaison avec le président américain, en échange de leur silence.

Rick Gates et Michael Cohen ont également été condamnés dans l’enquête Mueller.

Charles Kushner est le père du gendre de Donald Trump, Jared Kushner.  Ce magnat de l’immobilier avait plaidé coupable à des accusations d’évasion fiscale et de dons de campagne illégaux il y a des années. Donald Trump et Charles Kushner se sont connus dans les milieux de l’immobilier et leurs enfants se sont mariés en 2009. 

Donald Trump n’a pas seulement offert la clémence à ses alliés mercredi soir. La longue liste comprend des gens dont les appels au pardon ont été promus par des personnes soutenant le président tout au long de son mandat.  Par exemple l’ancienne procureure générale de Floride Pam Bondi, le PDG de Newsmax Christopher Ruddy et le sénateur Rand Paul du Kentucky.

Le président a également gracié, mardi, d’anciens membres du Congrès qui l’appuyaient depuis sa campagne de 2016 et d’anciens entrepreneurs du gouvernement condamnés pour les meurtres de civils en Irak. 

 – Par Eric Tucker, The Associated Press

Laisser un commentaire