Donald Trump courtise l’électorat rural qui l’avait aidé à gagner en 2016

WASHINGTON — Le président Donald Trump a courtisé l’électorat rural du Wisconsin, jeudi, cherchant à reproduire la recette qui l’avait conduit à la victoire, il y a quatre ans.

M. Trump, qui en est à sa cinquième visite dans cet État crucial depuis le début de l’année, estime qu’il doit enlever haut la main les comtés les moins peuplés du Wisconsin s’il veut être réélu.

Il a participé jeudi soir à un rassemblement à Mosinee, dans le centre du Wisconsin, une région qui avait voté pour lui en 2016.

M. Trump compte sur la mobilisation de ses principaux partisans. Il utilise de plus en plus des enjeux sociaux importants pour sa base électorale plus blanche et plus âgée.

À Mosinee, il a réclamé une loi interdisant de brûler le drapeau américain en signe de protestation — une liberté protégée par la Cour suprême — et a critiqué les sportifs et les ligues pour avoir permis des moyens de pression contre les inégalités raciales.

«Les gens ne veulent pas voir ça et les cotes d’écoute sont en baisse», a-t-il lancé.

Plus tôt, jeudi, il avait tourné en dérision le «projet 1619» du New York Times qui vise à mettre en évidence les conséquences de l’esclavage et les contributions des Noirs américains à l’histoire des États-Unis.

«Depuis de nombreuses années, les radicaux ont pris le silence des Américains pour de la faiblesse, mais ils ont tort», a déclaré le président sortant. «Il n’y a pas de force plus puissante que l’amour d’un parent pour ses enfants — et les mères et les pères patriotes vont exiger que leurs enfants ne soient plus nourris de mensonges haineux sur ce pays.»

La dernière visite de M. Trump dans le Wisconsin remontait au 1er septembre, lorsqu’il a rencontré les forces de l’ordre après les violentes manifestations ayant suivi l’affaire Jacob Blake, ce Noir touché de sept balles dans le dos lors d’une tentative d’arrestation.

M. Trump a remporté le comté de Marathon, qui comprend Mosinee, par plus de 12 000 voix en 2016. Son équipe fait le pari qu’il pourra y obtenir un appui identique en 2020.

Le chemin de M. Trump vers les 270 votes au collège électoral pourrait bien dépendre du Wisconsin. Son organisation y a investi des dizaines de millions de dollars dans la publicité et les efforts de sortie du vote.

Le sénateur républicain Ron Johnson du Wisconsin devait rejoindre M. Trump à bord d’Air Force One, mais il s’est placé jeudi en quarantaine après avoir appris qu’il avait été en contact avec une personne déclarée positive à la COVID-19. Le résultat du test de M. Johnson a été négatif, a indiqué son bureau.

Laisser un commentaire
Les plus populaires