Donald Trump et Mike Pence de retour à Washington pour des discours rivaux

WASHINGTON — Donald Trump revient à Washington mardi pour la première fois depuis qu’il a quitté ses fonctions, afin de prononcer son discours quelques heures après que son vice-président Mike Pence, un rival potentiel de l’élection de 2024, a exhorté les républicains à cesser de regarder en arrière.

L’apparition de M. Trump à Washington – son premier voyage depuis le 20 janvier 2021, lorsque le président Joe Biden a prêté serment – a lieu au moment où ses rivaux potentiels de 2024 ont pris des mesures de plus en plus manifestes pour contester son statut de porte-drapeau du parti. Parmi eux, l’ancien vice-président Mike Pence, qui a vanté son propre «agenda de la liberté» dans des discours qui contrastent implicitement avec l’approche de M. Trump.

Tous les regards étaient tournés vers Donald Trump lors de l’America First Summit. L’ancien président a présenté une vision de la loi et de l’ordre qui comprenait des condamnations à mort pour les trafiquants de drogue, des villes de tentes permanentes pour se débarrasser des campements de sans-abri dans les zones urbaines, un vœu d’envoyer la garde nationale dans les États dirigés par les démocrates et l’interdiction des athlètes transgenres dans les sports féminins, ce qui lui a valu la plus grande ovation de l’après-midi.

Il a également promis une nouvelle attaque contre la bureaucratie de «l’État profond» avec la résurrection de l’annexe F, un décret qui lui donnerait le pouvoir de purger la fonction publique des employés jugés «corrompus, incompétents ou inutiles».

Il n’a fait aucune mention de Mike Pence, et le 6 janvier seulement alors qu’il récitait une liste familière de persécutions injustes qu’il estime avoir dû subir aux mains des démocrates du Capitole. 

Les deuxièmes acclamations les plus fortes sont venues quand il a failli confirmer une course présidentielle en 2024. «Il y a une expression : »Le plus beau jour de votre vie est la veille de votre candidature à la présidence. » Avez-vous déjà entendu ça? J’en ai ri; je me dis hum, c’est peut-être vrai, en fait», a déclaré Donald Trump.

«Mais je le fais pour l’Amérique. Et c’est un honneur de le faire. C’est mon grand, grand honneur de le faire. Parce que si je ne le fais pas, notre nation est condamnée à devenir un autre Venezuela ou à devenir une autre Union soviétique. C’est là que nous nous dirigeons», a soutenu M. Trump. 

L’apparition de M. Pence a été reportée en raison du mauvais temps, mais il a prononcé son discours mardi matin devant la Young America’s Foundation, non loin de la réunion de l’America First Agenda de l’America First Policy Institute (AFPI).

M. Pence a largement évité de parler des émeutes mardi, ne faisant qu’une référence passagère à une «journée tragique» de l’histoire des États-Unis. Il a plutôt choisi de se concentrer sur ce qu’il a décrit comme la voie à suivre pour les républicains aux élections de mi-mandat de novembre.

 Se tourner vers l’avenir

Alors que l’ancien président reste obsédé par l’élection qu’il prétend à tort lui avoir été volée il y a un an et demi, M. Pence a de nouveau imploré le parti de se tourner vers le futur alors qu’il réfléchit à son propre avenir.

«Certaines personnes peuvent choisir de se concentrer sur le passé, mais les élections portent sur l’avenir», a déclaré Mike Pence dans son discours devant le groupe étudiant conservateur. «Je crois que les conservateurs doivent se concentrer sur l’avenir pour reconquérir l’Amérique. Nous ne pouvons pas nous permettre de détourner nos yeux de la route qui est devant nous, car ce qui est en jeu, c’est la survie même de notre mode de vie», a-t-il ajouté.

Il s’est attardé sur le sujet de l’avortement, saluant la décision de la Cour suprême de jeter la décision Roe c. Wade au «tas d’ordures de l’histoire» et s’est engagé à mener la lutte dans tous les États de l’union dans le but de rendre la procédure illégale dans tout le pays. «Sauvez les bébés, et nous sauverons l’Amérique», a-t-il dit. 

Les discours séparés des anciens partenaires de la Maison-Blanche interviennent alors que l’ancien chef de cabinet de M. Pence, Marc Short, a témoigné devant un grand jury fédéral enquêtant sur l’assaut du 6 janvier 2021 contre le Capitole américain.

M. Short était au Capitole ce jour-là alors que Mike Pence fuyait une foule d’émeutiers en colère qui appelaient à sa pendaison après que Donald Trump eut insisté à tort sur le fait que M. Pence avait le pouvoir d’annuler les résultats des élections.

Avec Donald Trump toujours largement considéré comme le candidat républicain présumé, malgré les sondages qui suggèrent un soutien croissant au gouverneur de Floride, Ron DeSantis, M. Pence semble avoir du mal à gagner ceux qui continuent de soutenir l’ancien président.

Mais sa réputation a été rehaussée par le comité du Congrès examinant les émeutes du Capitol. Certains anciens responsables et membres du comité de M. Trump le saluent pour sa bravoure lorsqu’il a défié les demandes présidentielles de rejeter les résultats du vote de 2020.

«Je pense que le vice-président a fait la bonne chose, je pense qu’il a fait la chose courageuse», a déclaré l’ancien avocat de la Maison-Blanche Pat Cipollone au comité. Il poursuit en disant qu’il a «rendu un grand service à ce pays» et indique qu’il a suggéré à quelqu’un qu’il reçoive la médaille présidentielle de la liberté pour ses actions. 

De son côté, M. Pence a reçu un accueil amical, mais pas enthousiaste, de la part des étudiants de la Young America’s Foundation. Dans ses remarques, il a vanté à plusieurs reprises «l’administration Trump-Pence», mais la première question qu’il a reçue concernait sa rupture progressive avec Donald Trump, ce qui est particulièrement frappant compte tenu des années qu’il a passées en tant qu’acolyte le plus fidèle de l’ancien président.

Mike Pence a nié les deux différents points de vue sur les problèmes, mais il a reconnu que les deux hommes pouvaient «différer sur les priorités». «Je crois vraiment que les élections concernent l’avenir et qu’il est absolument essentiel, à un moment où tant d’Américains souffrent et tant de familles se débattent, que nous ne cédions pas à la tentation de regarder en arrière», a-t-il dit.

L’éditeur Simon & Schuster a également annoncé mardi le titre du prochain livre de Pence, «So Help Me God», qui sera publié en novembre. L’éditeur a déclaré que le livre est la «défense la plus solide du dossier Trump de quiconque a servi dans l’administration», mais qu’il détaille aussi «la rupture par le président Trump de leur relation le 6 janvier 2021, lorsque M. Pence a tenu son serment à la Constitution».

Depuis qu’il a quitté ses fonctions, Donald Trump a passé une grande partie de son temps à se concentrer sur les élections de 2020 et à répandre des mensonges sur sa défaite pour semer le doute sur la victoire de Joe Biden. 

En effet, alors même que le comité du 6 janvier faisait la lumière sur ses tentatives désespérées et potentiellement illégales de rester au pouvoir et son refus d’apaiser une foule violente de ses partisans qui tentait d’arrêter la transition pacifique du pouvoir, M. Trump a continué d’essayer de faire pression sur les responsables pour qu’ils annulent la victoire de M. Biden, bien qu’il n’y ait aucun moyen légal de «décertifier» les dernières élections.

Au-delà du sommet, le personnel de l’America First Policy Institute a jeté ses propres bases pour l’avenir, «en veillant à ce que nous ayons les politiques, le personnel et les processus fixés pour chaque agence clé lorsque nous reprendrons la Maison-Blanche»,  a déclaré Brooke Rollins, présidente de l’AFPI.

Le groupe est l’une des nombreuses organisations alliées de M. Trump qui ont continué à défendre ses politiques en son absence, notamment America First Legal, dédiée à la lutte contre l’ordre du jour de Joe Biden par le biais du système judiciaire, le Center for Renewing America et le Conservative Partnership Institute.

Le sommet vise à mettre en évidence le «premier programme américain» de l’AFPI, centré sur 10 domaines politiques clés, dont l’économie, les soins de santé et la sécurité électorale. 

Perspective canadienne 

Du point de vue canadien, l’image publique des États-Unis pourrait être difficile à restaurer, peu importe qui remportera l’investiture républicaine ou la course présidentielle en 2024, selon un nouveau sondage.

Le sondage en ligne, mené du 8 au 10 juillet par Léger pour l’Association d’études canadiennes, a demandé aux répondants quels pays ils considèrent comme les plus puissants du monde et comment ce classement pourrait changer dans 10 ans.

Sur les 1764 répondants au sondage, 53% ont  placé les États-Unis en tête de liste, suivis de la Chine à 40%.  Les personnes interrogées ont dit s’attendre à un renversement de tendance en 2032 : 38 % seulement ont choisi les États-Unis, derrière la Chine avec 54 %. 

Les enquêtes en ligne ne peuvent pas se voir attribuer une marge d’erreur, car elles n’échantillonnent pas la population de manière aléatoire.

«Il y a clairement des sentiments mitigés parmi les Canadiens quant à l’évolution de l’influence des États-Unis sur la scène mondiale», a déclaré le président de l’association, Jack Jedwab.

Malgré tout, Donald Trump reste un facteur réel, tandis que le mandat de M. Biden à la Maison-Blanche a eu peu ou pas d’effet sur les problèmes existentiels qui résonnent fortement au Canada – des choses comme les armes à feu, l’avortement et l’inflation, a expliqué M. Jedwab.

«Même avec M. Biden dans le bureau ovale, les Canadiens voient encore l’influence considérable de la pensée républicaine sur la société américaine.»

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.